Expédition : la goélette "Tara" au chevet des coraux

Après deux ans et demi à scruter le Pacifique, la goélette de la Fondation Tara est de retour dans son port d'attache, à Lorient (Morbihan), samedi 27 octobre. Elle aura parcouru 100 000 km dans le but de comprendre le rôle essentiel des récifs coralliens, tant pour les océans que pour les hommes.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Après deux ans et demi d'expédition, la goélette Tara est de retour en Bretagne, samedi 27 octobre. C'est un bateau laboratoire. Dans l'océan Pacifique, son voyage de 100 000 km aura permis d'étudier en détail les récifs coralliens et de recueillir des dizaines de milliers de prélèvements lors de près de 3 000 plongées. À bord, un équipement de pointe, version miniature. Ce que les scientifiques ont vu est alarmant : des récifs entiers décimés par le réchauffement climatique. Parfois, les coraux multicolores laissent place à des zones blanches, presque sans vie.

Alerter les populations locales

À eux seuls, les coraux représentent 30% de la biodiversité marine, mais la moitié de ces habitats est menacée. L'objectif de Tara : alerter les populations locales des îles du Pacifique sur le danger de leur disparition. L'étude des échantillons prélevés va durer trois ans. D'ici là, Tara va parcourir l'Europe pour des conférences à bord, puis repartira en mission dans un an.

Le JT
Les autres sujets du JT
Inscrite au patrimoine mondial de l\'Unesco en 1981, la Grande Barrière s\'étend sur environ 345 000 km2 le long de la côte australienne.
Inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco en 1981, la Grande Barrière s'étend sur environ 345 000 km2 le long de la côte australienne. (JEAN-MICHEL MILLE / ONLY WORLD / AFP)