Cet article date de plus de cinq ans.

Crèmes solaires dangereuses : les PME du secteur dénoncent une "désinformation manifeste"

Des entreprises de la filière cosmétique dénoncent jeudi des "erreurs de méthodes" de la part de l'UFC-Que Choisir. L'association vient de porter plainte contre cinq fabricants de crèmes solaires pour enfant, dont la protection est jugée "insuffisante".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Selon Cosmed, l'UFC-Que Choisir n'aurait pas utilisé les bonnes méthodes pour tester les crèmes solaires qu'elle incrimine © PETILLOT/SIPA)

Deux jours après la plainte pour tromperie déposée par l'association UFC-Que Choisir qui jugeait "insuffisante " la protection anti-UVA de cinq produits solaires destinés aux enfants, l'association Cosmed, qui représente les PME de la filière cosmétique, dénonce ce jeudi dans un communiqué une "désinformation manifeste des consommateurs et des distributeurs de ces produits solaires" . Cosmed assure être "en mesure aujourd'hui d'affirmer que la position de l'UFC-Que Choisir est erronée."  Selon Cosmed, les tests effectués par l'UFC-Que Choisir ont fait l'objet d'une "erreur de méthode". Pour prouver leur bonne foi, les industriels du secteur ont décidé de demander un contrôle officiel de leurs produits par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).

Cosmed demande à l'UFC Que Choisir de publier le nom de ses experts

L'association Cosmed affirme que les experts mandatés par l'UFC-Que Choisir n'ont pas utilisé la bonne norme pour l'examen des produits solaires de hauts indices (50 ou 50+) et que ces derniers ont été mis injustement en cause. "La norme utilisée [par l'UFC-Que choisir] est connue par tout expert sérieux comme ne devant pas être utilisée pour les produits de hauts indices" , écrit le Cosmed dans son communiqué. L'association affirme au contraire que les industriels ont, eux, utilisé la bonne méthode, et qu'un des laboratoires mis en cause par l'UFC-Que Choisir a été contrôlé par la DGCCRF au moins de juin "sans qu'aucune remarque n'ait été faite."

L'association Cosmed demande à l'UFC-Que Choisir de publier le nom des experts, le protocole et les résultats détaillés de ses tests, afin de permettre aux industriels d'exercer "un regard critique et contradictoire" . Cosmed annonce également qu'elle soutiendra les industriels concernés par l'action en justice de l'association de consommateurs.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.