Châteauroux : l'eau de la ville polluée et inconsommable, le maire appelle "à ne pas prendre de risque"

À cause d'une contamination à la bactérie E.coli, 25 000 habitants du nord de la ville ont interdiction de consommer l'eau du robinet, en pleine canicule. La municipalité soupçonne un "dysfonctionnement" dans le système de traitement de l'eau au chlore.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Photo du robinet. (AURÉLIE LAGAIN / FRANCE-BLEU BREIZH IZEL)

"Les dernières analyses sont plutôt rassurantes", la bactérie "est en faible présence dans l'eau", annonce Gil Avérous, maire de Châteauroux, dans l'Indre, samedi 18 juin sur franceinfo, concernant l'eau du robinet, impropre à la consommation pour 25 000 habitants du nord de la ville, après une contamination par la bactérie Escherichia coli. Toutefois, "pour des raisons de précaution", les autorités ont "préféré interdire complètement la consommation de l'eau du robinet pendant au moins deux jours, jusqu'aux prochaines analyses", a-t-il expliqué, alors que le thermomètre va atteindre les 39 degrés à l'ombre dans le département.

Même bouillie, l'eau n'est pas buvable

Gil Avérous a rappelé les dangers de cette bactérie pour les nourrissons et les jeunes enfants qui sont "les plus fragiles à l'égard de la bactérie E.coli". Il est interdit notamment de les laver avec l'eau de la douche. L'élu a appelé les habitants "à ne pas prendre de risque", même si "la bactérie est en présence faible". Même bouillie, l'eau ne doit pas être consommée mais elle peut, une fois refroidie, servir à nettoyer les fruits et légumes. Pour tout le reste, "il faut utiliser l'eau en bouteille, pas l'eau du robinet", a insisté Gil Avérous.

Le maire de Châteauroux précise que "125 000 bouteilles ont été distribuées" vendredi. La distribution doit se poursuivre ce samedi, via quatre centres de distributions ouverts au grand public. Alors que la canicule frappe le pays, les "personnes vulnérables" ont été contactées et des bouteilles d'eau ont été livrées directement dans les établissements recevant des personnes âgées, a-t-il assuré.

"Une eau non traitée distribuée"

Concernant les raisons de cette contamination, Gil Avérous a mentionné "une succession d'anomalies", dont le point de départ est "un dysfonctionnement du système de diffusion du chlore dans l'eau [qui] s'est arrêté en début de semaine, l'alarme ne s'est pas déclenchée, ça a mis quelque temps à être repéré et on s'est retrouvé avec une eau non traitée distribuée, ce qui a permis à cette bactérie de proliférer". Selon le maire, "il va falloir trouver les solutions pour que cela ne se reproduise pas".

Les résultats d'une nouvelle analyse sont attendus dimanche "au plus tard vers 18h", annonce Gil Avérous pour savoir si l'interdiction d'utiliser l'eau du robinet pourra être levée. Pour l'heure, "il n'y a pas eu de recrudescence de personnes ayant rencontré des problèmes digestifs", a précisé l'élu, qui s'est dit "plutôt optimiste sur la suite des choses".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.