Cancers : en France, des progrès à réaliser en matière de prévention

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min
Présent sur le plateau du 20 Heures, lundi 13 mai, Damien Mascret, médecin et journaliste à France Télévisions, explique que la France est "le mauvais élève" en matière de prévention des cancers par rapport aux autres pays européens.
Cancers : en France, des progrès à réaliser en matière de prévention Présent sur le plateau du 20 Heures, lundi 13 mai, Damien Mascret, médecin et journaliste à France Télévisions, explique que la France est "le mauvais élève" en matière de prévention des cancers par rapport aux autres pays européens. (France 2)
Article rédigé par France 2 - D. Mascret
France Télévisions
France 2
Présent sur le plateau du 20 Heures, lundi 13 mai, Damien Mascret, médecin et journaliste à France Télévisions, explique que la France est "le mauvais élève" en matière de prévention des cancers par rapport aux autres pays européens.

La France est "le mauvais élève" concernant la prévention des cancers par rapport aux autres pays européens, indique Damien Mascret, médecin et journaliste à France Télévisions, présent sur le plateau du 20 Heures, lundi 13 mai. "Quand on regarde par exemple le tabac, on s'aperçoit qu'on a beaucoup trop de fumeurs quotidiens : 25% en France contre 19% en Europe", illustre-t-il.

Une "survie globale" aux cancers "plutôt très bonne en France"


"Pour le dépistage organisé, c'est plutôt moyen. Si on regarde le cancer du sein, on est 47% à participer au dépistage pour les femmes qui sont éligibles, alors que c'est 54% la moyenne européenne", poursuit Damien Mascret. "Mais il ne faut pas oublier quand même que beaucoup de femmes font des mammographies, c'est ce qu'on appelle le dépistage individuel. Donc, c'est sûrement beaucoup plus", nuance-t-il. Le médecin ajoute enfin que, concernant le traitement des cancers, "la survie globale" est "plutôt très bonne en France".

Parmi Nos sources

European cancer organization

Liste non exhaustive

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.