La salive, facteur génétique d'obésité

Certaines formes d'obésité s'expliqueraient par la composition de la salive. Une étude franco-britannique vient de mettre le doigt sur une piste génétique. Elle concerne une enzyme qui est présente dans notre salive : l'amylase. Cette enzyme permet de digérer l'amidon que l'on trouve dans de nombreux aliments : céréales, pain, pâtes, riz, pommes de terre ou légumes secs. Or, tout le monde n'a pas la même quantité d'amylase dans sa salive.

(Yves Boirie Maxppp)

L'amylase qui est
présente dans notre salive est fabriquée par un gène que l'on trouve sur notre
chromosome 1. Depuis l'apparition de l'agriculture il y a 10 000 ans, le nombre
de copies du gène de l'amylase a augmenté dans l'espèce humaine. Aujourd'hui, chacun
d'entre nous possède plus ou moins de copies, le nombre allant de une à 20
copies.

Deux hypothèses

Les chercheurs ont
montré que les personnes qui ont le moins de copies, et donc fabriquent le
moins d'amylase salivaire, ont un risque d'obésité très nettement augmenté.
Pourquoi ? Deux hypothèses sont aujourd'hui avancées.

La première c'est que la
dégradation de l'amidon par une salive riche en amylase enverrait un signal de
satiété au cerveau, stoppant l'envie de manger. La seconde hypothèse concerne
notre flore intestinale. Quand on a peu d'amylase salivaire, l'amidon non
digéré modifierait la flore bactérienne, ce qui favoriserait l'obésité. Une
piste intéressante pour prévenir et traiter cette obésité d'origine génétique.

A LIRE AUSSI |  La flore intestinale impliquée dans les complications de l'obésité