Arrêts maladies en ligne : "Nous essayons de bloquer ce site", affirme Agnès Buzyn, qui dénonce "une marchandisation de la médecine"

La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, était l'invitée de franceinfo lundi 13 janvier 2020.

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

Un site arrêtmaladie.fr, lancé mardi 7 janvier, offre la possibilité de téléconsultation en ligne et promet notamment de fournir  un arrêt maladie sur internet pour 25€. "Nous essayons de trouver les moyens de bloquer ce site, affirme lundi 13 janvier sur franceinfo la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn. C'est un dévoiement complet de ce que doit être une consultation médicale".

Une marchandisation de la médecine

"C’est une forme de marchandisation de la médecine, de consumérisme et ce n'est pas la façon dont j'imagine le métier de médecin", dénonce Agnès Buzyn. "J'ai demandé à mes services de faire un recours en justice contre ce site, car pour moi, c'est totalement contraire à ce que doit être aujourd'hui la médecine", déclare la ministre, qui précise attendre les conclusions de l'Ordre national des médecins qui "s'est saisi du cas".

On ne va pas chez le médecin pour se faire arrêter !

Agnès Buzyn, ministre de la Santé

à franceinfo

"On y va parce que l'on a des symptômes, parce que l'on est malade et le médecin doit décider de vous arrêter, s'il estime que votre état n'est pas compatible avec le travail" rappelle la ministre. 

"On voit bien que c'est un site marchand, on voit bien la philosophie qui est derrière. C'est un site situé en Allemagne mais avec des médecins français", dénonce Agnès Buzyn. La Caisse nationale d'assurance maladie a également annoncé vouloir mettre en demeure ce site internet.

La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, était l\'invitée de franceinfo lundi 13 janvier 2020.
La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, était l'invitée de franceinfo lundi 13 janvier 2020. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)