Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Christophe est adepte de la cueillette sauvage et l'enseigne aux autres

Publié
Durée de la vidéo : 6 min
Pour lui, on pourrait se nourrir totalement avec les plantes sauvages que l’on trouve dans la nature. Pour Brut, Christophe de Hody montre comment reconnaître les plantes comestibles et les cueillir.
VIDEO. Christophe est adepte de la cueillette sauvage et l'enseigne aux autres Pour lui, on pourrait se nourrir totalement avec les plantes sauvages que l’on trouve dans la nature. Pour Brut, Christophe de Hody montre comment reconnaître les plantes comestibles et les cueillir. (Brut.)
Article rédigé par Brut.
France Télévisions
Pour lui, on pourrait se nourrir totalement avec les plantes sauvages que l’on trouve dans la nature. Pour Brut, Christophe de Hody montre comment reconnaître les plantes comestibles et les cueillir.

“En France, on a environ 8000 espèces de plantes sauvages et, parmi les 8000, il y en a environ 1000 qui peuvent être utilisées, consommées soit pour se soigner, soit pour les manger”, détaille Christophe de Hody. Botaniste de terrain et fondateur du chemin de la nature, il organise des ateliers découvertes avec des promeneurs, pour qu’ils puissent eux-mêmes découvrir et manger les plantes sauvages autour d’eux. Brut l’a retrouvé au bois de Vincennes.

“Il ne faut pas croire que les protéines ne se trouvent que dans les animaux”

“Il y a des saisons, notamment le printemps et l'automne, où je vais vraiment cueillir énormément de plantes et manger énormément de plantes sauvages et de champignons. Ça peut vraiment représenter plus de 80 % de la partie légumes de mon alimentation, parce que je suis omnivore”, explique Christophe. Il a même des recettes spéciales pour consommer ces plantes sauvages. “On appelle ça des chatons. Ça appartient au noisetier, c'est les fleurs mâles. Et quand ils s'écartent comme ça, c'est là que ça fabrique le pollen et que ça devient nutritif. Parce que le pollen est nutritif. Ça contient notamment des acides aminés, des protéines, des minéraux et des vitamines. Moi, ce que je fais, c’est que je les trempe dans du citron pour que ça soit un peu acidulé. Ensuite, dans le chocolat fondu, ça durcit et ça fait non pas des orangettes, mais des chatonettes.”

Selon lui, une bonne partie de notre alimentation pourrait être remplacée par des plantes sauvages. “On pourrait plus facilement si on faisait des conserves, si on faisait des conserves aux bonnes saisons. Quand c'est la saison des châtaignes, on fait des conserves de châtaignes. Quand c’est la saison des fruits, on fait des conserves de fruits. Et avec en plus des compléments d'orties, de plantain, de pissenlits, de petites plantes vertes qui vont apporter également de bons nutriments. Il ne faut pas croire que les protéines ne se trouvent que dans les animaux. On a aussi des protéines de bonne qualité dans certaines plantes, comme l'ortie, qui contient beaucoup, beaucoup de protéines.”

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.