VIDEO. Bananes, tomates et concombres sous cellophane : on a traqué le suremballage sur les étals de fruits et légumes des supermarchés

"Les fabricants doivent s'engager pour moins d'emballage", plaide un responsable de Zero Waste France, à franceinfo.

Voir la vidéo
FRANCEINFO

Des bananes emballées dans une barquette plastique, des pommes prédécoupées en sachet, des concombres sous film alimentaire... Sur les étals des supermarchés, le plastique est partout, au grand dam des clients soucieux de l'environnement. Mi-juillet, un militant de la France insoumise a suscité le débat sur Twitter, en postant sur le réseau social une photo de tomates coupées en deux et vendues sous cellophane.

Pour nous rendre compte de l'ampleur du phénomène, nous nous sommes rendus, en caméra cachée, dans trois supermarchés parisiens, où nous avons traqué le suremballage. Une fois achetés, ces produits ont été analysés par une association qui lutte contre les déchets inutiles, Zero Waste France.

Des pommes prédécoupées et en sachet

Thibault Turchet, responsable juridique à Zero Waste France, se désole face aux "quatre petites bananes" que nous avons achetées, "emballées dans un film plastique et une boite en deux éléments plus rigides". "Elles ont une protection naturelle, leur peau, donc les emballer dans du plastique ne présente pas particulièrement d’intérêt." Même constat pour les concombres et les kiwis. La nature est bien faite, mais les fabricants continuent d'y ajouter des emballages.

Pire, un petit sachet de pommes de quelques grammes que nous avons trouvé en rayon. "Bon, ça c’est un peu le champion, tranche Thibault Turchet. On va avoir du mal à faire plus difficile. Une petite moitié de pomme, tranchée, réfrigérée et mise dans du plastique non-recyclable. Est-ce qu'une pomme toute simple ce n'est pas aussi pratique qu'une pomme tranchée et mise dans du plastique ? Franchement, la question se pose."

L'enjeu est important : en Europe, 25,8 millions de tonnes de déchets plastiques sont produites chaque année, dont 60% proviennent des emballages, note Zero Waste France. Alors réfléchissez-y la prochaine fois : des alternatives existent, rappelle l'association, notamment l'achat en vrac ou sur des marchés.

Des tomates emballées dans du plastique dans un supermarché de Bruxelles (Belgique), en avril 2018.
Des tomates emballées dans du plastique dans un supermarché de Bruxelles (Belgique), en avril 2018. (NICOLAS MAETERLINCK / BELGA MAG)