Cet article date de plus de trois ans.

Lait infantile contaminé : Lactalis était au courant pour les salmonelles depuis plusieurs mois, affirme "Le Canard enchaîné"

L'hebdomadaire satirique assure, dans son édition de mercredi, que le groupe laitier "a gardé sous le coude des tests positifs à la salmonelle".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'usine du groupe Lactalis à Craon (Mayenne), où des lots de lait infantiles ont été contaminé par des salmonelles, le 4 décembre 2017. (DAMIEN MEYER / AFP)

Le Canard enchaîné affirme, dans son édition du mercredi 3 janvier, que Lactalis était au courant de la contamination à la salmonelle du lait infantile produit dans son usine de Craon (Mayenne). D'après l'hebdomadaire satirique, dès le mois d'août, l'organisme Lactalis Nutrition Santé avait constaté l'existence des salmonelles sur les carrelages et du matériel de nettoyage. Des résultats confirmés en novembre, un mois avant que le scandale n'éclate. "Le numéro un mondial des produits laitiers n'ayant pas l'obligation de communiquer sur ses contrôles internes, il s'est bien gardé d'ébruiter l'affaire", écrit ainsi le journal.

Selon les informations du Canard enchaîné, une délégation de la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) avait pourtant mené, au mois de septembre, une inspection de routine sur place. Mais les experts vétérinaires rattachés au ministère de l'Agriculture n'avaient alors rien trouvé de suspect. "Comment les contrôleurs s’y sont-ils pris pour ne détecter en septembre aucune salmonelle alors que l’on sait aujourd’hui que l’usine était infectée depuis février, au moins ?" s'étonne un expert en sécurité sanitaire des aliments dans les colonnes de l'hebdomadaire.

Une inspection en septembre sur le "mélange à sec de céréales"

"L'inspection, comme l'ensemble des activités d'inspection de ce type, portait sur un seul domaine d'activité de l'usine : en l'occurrence, un nouvel atelier de mélange à sec de céréales", a réagi une responsable du service alimentation au ministère de l'Agriculture.

Elle a ajouté que le ministère de l'Agriculture n'avait "pas eu connaissance" des résultats des auto-contrôles menés par Lactalis en août et novembre, qui concluaient à la présence de salmonelles sur les carrelages et du matériel de nettoyage. "Dans ce cas, il y a une obligation de notification de résultat aux autorités de l'Etat dès lors qu'une non-conformité a été décelée sur un produit mis sur le marché", a-t-elle précisé.

Les services de la DDCSPP de la Mayenne avaient-ils été informés, eux, des résultats des auto-contrôles ? "Je n'ai pas cette information (...) C'est l'enquête judiciaire qui le déterminera", a indiqué la responsable du ministère.

L'usine toujours à l'arrêt, assure Lactalis

De son côté, Lactalis a assuré que l'usine incriminée de Craon était toujours à l'arrêt complet, contredisant des informations du Canard enchaîné, selon lesquelles l'usine aurait stoppé sa production de laits infantiles mais continuerait à fabriquer notamment des céréales. "Tout ce qui est fabriqué dans l'usine de Craon est arrêté depuis le 8 décembre", a souligné une porte-parole de Lactalis.

Une enquête préliminaire a été ouverte le 22 décembre par le pôle santé publique du parquet de Paris après la contamination par salmonelle de laits infantiles dans l'usine Lactalis de Craon (Mayenne), notamment pour "blessures involontaires", "mise en danger de la vie d'autrui", "tromperie aggravée par le danger pour la santé humaine" et "inexécution d'une procédure de retrait ou de rappel d'un produit d'origine animale ou de denrée en contenant préjudiciable à la santé".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Lait infantile contaminé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.