La menace d'une pénurie de riz dans nos supermarchés

Après l'huile de tournesol et la moutarde, ce sont les paquets de riz qui pourraient manquer dans les rayons de nos supermarchés. La faute à de mauvaises récoltes en Asie. Explication.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le rayon riz d'un supermarché à Marseille le 15 juin 2022. (VALLAURI NICOLAS / MAXPPP)

Les pénuries alimentaires s'enchaînent et pourraient bientôt toucher le riz. Les prix sont en hausse de 25% depuis un an à cause de mauvaises récoltes en Asie, notamment en Inde et au Pakistan. Des ruptures de stock de riz basmati sont donc à craindre dans nos supermarchés à partir de février prochain. Le syndicat rizicole français s'inquiète. "Nous avons des craintes pour l'approvisionnement de ce riz, qui représente 45% de la consommation des riz en France, alerte Thierry Liévin, président du Syndicat de la rizerie française (SRF). On risque d'avoir des trous d'approvisionnement. Un mois, deux mois, avec un retour du produit au gré de la possibilité pour les Indiens ou les Pakistanais de faire venir ces riz vers les ports pour être exportés."

Inondations et sécheresses

Ces problèmes d'approvisionnement s'expliquent par les catastrophes météorologiques subies par les principaux pays producteurs. L'Inde a connu de fortes chaleurs et des sécheresses cet été, alors que de nombreuses routes au Pakistan sont toujours sous l'eau après les inondations monstres de septembre dernier. La Chine a également souffert d'une sécheresse inquiétante pour ses rizières : or le pays a déjà recours à des importations pour répondre à la demande intérieure.

Résultat, la prochaine récolte en décembre s'annonce en forte baisse en Asie, sans doute 250 000 tonnes de moins que d'ordinaire, ce qui correspond à la consommation annuelle française. Et ce qui risque de faire sérieusement grimper les prix. "Cela ne serait pas surprenant de voir sur l'année 2023, des nouveaux des augmentations entre 20 et 25% pour nos consommateurs", prévient Thierry Liévin. D'autant qu'aux difficultés climatiques s'ajoutent les facteurs géopolitiques et économiques – notamment la guerre en Ukraine – qui ont déstabilisé le marché mondial du riz et les approvisionnements. 

Une aubaine pour le riz européen ? Pas vraiment. Les rizières italiennes, espagnoles et grecques, comme la Camargue, sont également en difficulté à cause d'une vague de chaleur cet été qui a affecté les rendements. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Alimentation

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.