Grande distribution : tensions extrêmes dans les négociations avec les industriels

En cette année électorale, l'argument du pouvoir d'achat exaspère les producteurs tandis que les distributeurs s'inquiètent de la réation des consommateurs face à une nouvelle hausse des prix.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un magasin Lidl à Hyères (Var), le 15 septembre 2021. (MAGALI COHEN / HANS LUCAS / AFP)

Combien coûtera le beurre ou le pack de lait demain au supermarché ? Il reste un mois aux industriels et aux supermarchés pour négocier, dans un climat délétère, plombé par l'inflation. Les distributeurs affirment qu'ils vont accepter des hausses relatives aux matières premières agricoles, tout en s'inquiétant de la réaction des consommateurs face au "mur d'augmentations" des prix, selon l'expression de Michel-Edouard Leclerc. 

Mais l'argument du pouvoir d'achat, en cette année électorale, exaspère les producteurs. Jean-Philippe André, le président de l'Ania, principale organisation de l'agroalimentaire français, ne cesse de le marteler : "Il faut que la réalité des hausses incroyables" des matières premières agricoles (+30% en un an pour le seul blé), de l'énergie, des emballages et des salaires "soient prises en compte".

Les négociations s'achèveront le 1er mars

Des grands groupes comme Danone, Fleury Michon ou McCain, aux PME, tous sont en train de négocier avec les centrales d'achats des supermarchés les prix auxquels leur production sera achetée. Chaque année, rappelle Jean-Philippe André, cette "grande affaire" tourne au "psychodrame", "dévastateur" vu les enjeux, une enseigne pouvant représenter 20% du chiffre d'affaires d'un industriel.

"Les tensions se sont très clairement exprimées entre grande distribution et industriels" mais "il n'est pas question de décaler la date de la fin des négociations, qui reste le 1er mars", a déclaré le ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie. "Le gouvernement sera d'une fermeté totale" en cas de non-respect de la loi dite Egalim 2, censée notamment écarter du jeu des négociations la part revenant aux agriculteurs.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Alimentation

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.