Gare aux microparticules de plastique dans les sachets de thé !

Certains sachets sont en Nylon et peuvent libérer des milliards de particules dans l’eau quand on les fait infuser à 95 °C pendant 5 minutes.

Gare aux microparticules de plastique dans les sachets de thé !
Gare aux microparticules de plastique dans les sachets de thé ! (© Fotolia)

Vous ne regarderez plus votre thé de la même façon… Une étude publiée dans la revue ACS Environmental Science & Technology le 25 septembre a analysé la composition de plusieurs sachets de thé et de tisane. Depuis plusieurs mois, de nouveaux types de sachets sont en circulation : ceux fabriqués à base de Nylon ou de polytéréphtalate d’éthylène (traditionnellement, ils sont en papier).

Plus esthétiques car plus doux et brillants, ils sont également bien plus dangereux, car ils peuvent libérer jusqu’à 2 millions de particules mesurant entre 1 et 150 micromètres, et jusqu’à 15 milliards de particules mesurant moins d’1 micromètre.

13 à 16 microgrammes par sachet

Pour arriver à ces résultats, les chercheurs ont rincé les sachets, puis les ont placés dans de l’eau chauffée à 95 °, pendant 5 minutes, après les avoir vidés de leur contenu. Comme le souligne Le Monde, à titre de comparaison, d’autres aliments contenants des particules de plastique comme le sel contiennent "seulement" 0,005 microgrammes de plastique par gramme, contre 13 à 16 microgrammes pour un sachet de thé en Nylon ou polytéréphtalate d’éthylène.

"Nous ne disposons que de peu de données sur l’exposition humaine aux nanoplastiques et sur leur toxicité potentielle. On ne peut donc à ce jour prédire les risques de leur consommation pour la santé humaine" notent cependant les auteurs de l’étude. Ils évoquent toutefois une étude de 2000 menée sur la daphnie – la puce d’eau, souvent utilisée par la recherche pour mener des essais d'écotoxicité – qui a démontré que l’exposition aux microplastiques provoquait chez elle des anomalies anatomiques.

Pour pallier le peu de données scientifiques disponibles, l’été dernier, l’Organisation mondiale de la santé a affirmé la nécessité de "mener une évaluation approfondie des microplastiques présents dans l’environnement et de leurs conséquences potentielles sur la santé humaine".