Découverte : la baguette à la conquête du monde

La coupe du monde de boulangerie, édition 2020, vient de se dérouler à Paris. Les caméras de France 2 ont suivi les Français, les Chinois et les Américains, avant leur entrée en compétition. Ils se confient sur leur vision de ce qu'est un bon pain.

FRANCE 2

Au pays du mantou, ce petit pain vapeur chinois, une révolution se prépare, à savoir l'introduction de la baguette et du croissant. Une opération menée par des passionnés de pain à la française. Leur meilleure ambassadrice est une professeure de boulangerie, d'origine chinoise. C'est elle qui encadre l'équipe de Chine. Elle s'est formée en France il y a dix ans. Adolescente, elle travaillait dans une usine de jouets. Sa chance est d'avoir été repérée par une association d'aide aux enfants défavorisés, qui lui a offert une formation. Depuis une dizaine d'années, des chaînes de boulangerie 100% "made in China" se développent et connaissent un succès fulgurant. Beaucoup de Chinois connaissent désormais le goût de la baguette. En Chine, pains et viennoiseries restent encore des produits de luxe.

Des consommateurs plus avertis de ce qu'est un bon pain

À Minneapolis (Minnesota, États-Unis), une boulangère américaine livre ses clients en baguettes. Réaliser une bonne baguette n'est pas si simple. Dans la ville américaine, on compte onze boulangeries à la française. Un goût et une réputation qui doivent beaucoup au travail de ces passionnés de boulangerie, mais aussi à des consommateurs américains plus avertis qu'auparavant. La France, elle, compte déjà trois étoiles sur son maillot. Le dernier titre mondial date de 2008.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les apprentis n\'ont jamais été aussi nombreux en France. Une équipe de journalistes de France 3 est partie à la rencontre de deux jeunes femmes passionnées. Léa et Andréa sont élèves dans la même classe de Bar-le-Duc, en boulangerie.
Les apprentis n'ont jamais été aussi nombreux en France. Une équipe de journalistes de France 3 est partie à la rencontre de deux jeunes femmes passionnées. Léa et Andréa sont élèves dans la même classe de Bar-le-Duc, en boulangerie. (FRED TANNEAU / AFP)