Cet article date de plus d'un an.

Alerte à la salmonelle dans la viande de kebab : 110 cas en France ces six dernières années

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (EDCD) recense 210 cas de contaminations à la salmonelle Virchow ST16, dont une partie a conduit à une hospitalisation. La France est le pays le plus concerné.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Brochette de kebab de poulet (illustration). (KOUKICHI TAKAHASHI / EYEEM / GETTY IMAGES)

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (EDCD) et l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) alertent jeudi 30 mars sur des cas de contaminations à une bactérie : 210 cas recensés en Europe ces six dernières années, et principalement ces derniers mois. Il s’agit de personnes qui avaient mangé dans des restaurants de kebab, en Allemagne, au Danemark, en Irlande, au Royaume-Uni… mais c’est surtout en France qu’ont été signalés la majorité de ces cas. Quelque 110 cas de contamination à la salmonelle Virchow ST16 ont été recensés en France, la plupart en août et novembre dernier.

Parmi les 210 victimes signalées dans toute l’Europe (il y en a certainement plus, insiste l'ECDC), une partie a dû être hospitalisée. En France, en 2022-2023, cinq des 17 cas recensés ont dû être hospitalisés. La salmonelle Virchow provoque une gastro-entérite, parfois résistante aux traitements.

Made with Flourish

Tous les malades avaient mangé de la viande dans des restaurants de kebab. En France, cela concerne cinq restaurants. L'ECDC ne dit pas où précisément. Cette salmonelle, les analyses montrent qu’on la retrouve à chaque fois dans de la viande de poulet. Du poulet distribué dans toute l’Europe par plusieurs restaurants français et fournisseurs allemands. La même souche avait été identifiée plusieurs mois auparavant dans deux élevages français de poulet, alors abattus. La contamination a pu se faire là, imagine l’agence européenne, ou bien en amont, lors de la reproduction. Mais, conclut-elle, sans numéro de lot de viande de kebab, la source n’a pas pu être formellement établie. En l’occurrence, prévient-elle, les contaminations pourraient se poursuivre.

Contactés pour davantage de précisions, vendredi 31 mars, les ministères français de la Santé et de l’Agriculture ne nous ont pas encore répondu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.