Cet article date de plus de deux ans.

Aide alimentaire : la part des jeunes bénéficiaires a augmenté de 13% en un an, constate les banques alimentaires

À cause de l'épidémie de coronavirus, les étudiants sont de plus en plus nombreux à faire appel aux associations pour remplir leur frigo. Les femmes représentent 70% des personnes aidées.

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Des bénévoles de la Banque alimentaire prépare des colis, en novembre 2014, à Paris. (ELIOT BLONDET / AFP)

Avec la crise économique et sanitaire du Covid-19, de nombreux jeunes ont basculé dans la pauvreté et n'ont même plus les moyens de se nourrir. Ainsi chez les bénéficiaires de l'aide alimentaire, la part des 15-24 ans a "augmenté de 13% par rapport à 2020", pointe sur franceinfo, samedi 27 novembre, Claude Baland, président de la Fédération française des Banques alimentaires. L'association mène depuis vendredi et jusqu'à dimanche sa grande collecte annuelle dans toute la France.

franceinfo : Que deviennent les produits récupérés ?

Claude Baland : Ils sont ramenés dans les Banques alimentaires, triés, stockés et redistribués tous les jours aux 6 000 associations qui viennent tous les jours, dans les différents départements, chercher la nourriture dont elles ont besoin. La nourriture redistribuée en un mois équivaut à une subvention de 92 euros. C'est comme si on donnait 92 euros à la personne. J'ai une pensée pour les Français de Guadeloupe et de Martinique où la collecte ne peut pas avoir lieu. J'incite à donner de l'argent sur notre site monpaniersolidaire.org cela nous permettra de les aider.

Cette semaine a eu lieu le lancement de la campagne des Restos du cœur. Fonctionnez-vous ensemble ?

Vu les besoins, il y a de la place pour toutes les bonnes volontés. Le fait que les Restos du cœur commencent un mardi et nous un vendredi cela cumule les avantages parce qu'on a une addition de l'effet médiatique qui nous aide à faire renaître nos collectes nationales.

Est-ce que les bénéficiaires changent ?

Il n'y a pas de grande évolution. 70% des personnes que nous aidons sont des femmes, beaucoup ont des enfants. Il y a beaucoup de personnes sans travail, 80%, que ce soit des chômeurs, des handicapés, des retraités. La tendance nouvelle depuis l'an dernier, à cause de la crise sanitaire, ce sont les jeunes, plus particulièrement les étudiants. Cette année, les personnes de 15 à 24 ans ont augmenté de 13% par rapport à 2020.

L'impact de la pandémie est-il vraiment notable ?

Nous avons des chiffres très précis parce qu'à chaque fois que nous redistribuons de la nourriture à des associations elles doivent nous faire remonter des indicateurs d'état, parce que nous même nous devons justifier auprès de l'Etat des subventions que nous recevons. D'après les indicateurs, le nombre de personnes aidées a augmenté de 6% en 2020. Quand on regarde le nombre de personnes aidées à la fin du 3e trimestre 2021, il augmente de 11,89% par rapport à 2020.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.