Amiante : la Cour de cassation se prononce sur l'élargissement du préjudice d'anxiété à tous les travailleurs exposés

La décision est attendue vendredi par des milliers de salariés qui ont travaillé au contact de l'amiante.

Un chantier de désamiantage, à Caligny, dans l\'Orne (photo d\'illustration).
Un chantier de désamiantage, à Caligny, dans l'Orne (photo d'illustration). (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

C'est peut-être la fin d'un long combat judiciaire. Vendredi 5 avril, la Cour de cassation peut décider d'élargir le préjudice d'anxiété à tout salarié exposé à l'amiante. Des hommes et des femmes qui ont travaillé au contact de ce minéral cancérogène pendant des années, et qui craignent de tomber un jour malades. Jusque-là, ce préjudice n'est reconnu que pour des salariés dont l'entreprise figure sur une liste ouvrant le droit à la "pré-retraite amiante", laissant de côté de nombreux salariés comme ceux des salariés des centrales thermiques EDF ou des mines.

C'est le cas de 732 mineurs de Lorraine, qui ont saisi la justice pour faire reconnaître leur statut de victimes de préjudice d'anxiété. Malheureusement, une grande partie d'entre eux ne verra pas la fin de ce combat judiciaire. "Les mineurs qui ont demandé l'indemnisation du préjudice d'anxiété n'étaient pas malades au moment où ils l'ont demandée. Quelques années après le début de la procédure, plus de 300 d'entre eux sont atteints de maladies professionnelles et un certain nombre sont déjà décédés, explique leur avocat Jean-Paul Teissonnière. Donc on voit bien qu'il ne s'agit pas d'une vague crainte d'un préjudice éventuel et mal documenté."

100 000 morts d'ici 2025

Interdite depuis 1997, l'amiante est loin d'avoir disparu du paysage et continue de faire des dégâts. "Vous avez encore en France environ 20 millions de tonnes d'amiante en place, rappelle Alain Bobbio, secrétaire national de l'association de défense des victimes de l'amiante. Il suffit d'être couvreur pour retirer des toitures en amiante et ciment, et à chaque fois  ces professions-là sont exposées, et souvent sans même le savoir."

Selon le Haut conseil de la santé publique, l'amiante pourrait provoquer 100 000 morts d'ici à 2025.