Levothyrox : 500.000 personnes auraient abandonné la nouvelle formule

Une bataille de chiffres fait rage entre gouvernement, associations de malades et laboratoire concernant le nombre de malades qui se sont détournés du Lévothyrox.

Levothyrox : 500.000 personnes auraient abandonné la nouvelle formule
Levothyrox : 500.000 personnes auraient abandonné la nouvelle formule

Un demi-million de patients en France ont abandonné le Levothyrox, médicament contre l'hypothyroïdie dont la nouvelle formule a déclenché une vague d'effets secondaires, a indiqué vendredi à l'AFP le ministère de la Santé. "L'ANSM [Agence du médicament] et la DGS [Direction générale de la Santé] estiment après analyse des bases de données de l'Assurance maladie qu'environ 500.000 patients se sont tournés vers des alternatives à la nouvelle formule du Levothyrox", a affirmé le ministère.

A lire aussi : Lévothyrox : une journaliste dévoile un conflit d'intérêts entre Merck et l'ANSM

Cette estimation permet de trancher entre l'association de malades Vivre sans thyroïde, qui situait le chiffre à près d'un million, et le fabricant Merck qui en voyait beaucoup moins, sans dire combien exactement.

Quelque trois millions de personnes en France sont traitées pour hypothyroïdie : ce serait donc un patient sur six qui aurait choisi une autre solution. 

Interprétation différente des mêmes chiffres

La différence de chiffres provient d'interprétations divergentes d'une même base statistique, publiée début février par l'Assurance maladie, sur les volumes de tous les médicaments remboursés. L'association Vivre sans thyroïde était parvenue jeudi à ce chiffre de près d'un million de patients en estimant que le Levothyrox avait perdu 31% du marché au quatrième trimestre 2017. Merck répliquait que son estimation était "une baisse comprise entre 10% et 12% tant pour le nombre de boîtes vendues [d'après les données de l'Assurance maladie] que pour la part de marché patients sous Levothyrox".

La nouvelle formule du Levothyrox, lancée il y a environ un an, avait été réclamée par l'ANSM au laboratoire allemand Merck en 2012 afin, selon elle, de rendre le produit plus stable dans le temps. Le changement ne porte pas sur le principe actif mais sur d'autres substances, les excipients. Certains patients se sont rapidement plaints d'effets secondaires. Face à leur colère, les autorités de santé ont tâché de mettre à disposition d'autres traitements, alors que le Levothyrox était en situation de quasi-monopole. Un juge d'instruction a été désigné lundi à Marseille pour enquêter sur des faits de tromperie aggravée, blessure involontaire et mise en danger d'autrui.