Mediator : un procès et des questions

Le Mediator, un antidiabétique parfois détourné comme coupe-faim, est soupçonné d'avoir fait des centaines de morts. Le procès du laboratoire Servier s'ouvre à Paris lundi 23 septembre. 

France 2

Présenté comme antidiabétique, mais largement utilisé comme coupe-faim : en France, le Mediator a été prescrit à cinq millions de personnes. Commercialisé par le laboratoire Servier pendant 33 ans, le médicament est retiré du marché en 2009 après la révélation de "l'affaire Mediator" par la pneumologue Irène Frachon. Le grand public découvre alors que le médicament provoque des lésions cardiaques. Les victimes développent de graves séquelles et jusqu'à 2 000 personnes seraient mortes. Un scandale sanitaire d'une ampleur inédite en France. 

Les victimes dans l'attente

Depuis dix ans, les victimes attendent que le laboratoire Servier rende des comptes. On lui reproche d'avoir dissimulé les effets indésirables du Mediator. "J'attends du procès qu'ils soient vraiment punis. Ils m'ont bousillé la vie, je leur en veux énormément", témoigne Claudie Delasse, l'une des victimes du médicament. Le procès s'ouvre lundi 23 septembre. Le groupe pharmaceutique Servier est jugé pour tromperie, homicide et blessures involontaires. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Une plaquette de Mediator. (illustration)
Une plaquette de Mediator. (illustration) (FRED TANNEAU / AFP)