Cet article date de plus de sept ans.

Le retour de la Dame à la licorne au Musée de Cluny

écouter
A Paris, le Musée de Cluny, le musée national du Moyen-Age, a retrouvé depuis mercredi l'un de ses joyaux, les six tapisseries de "La Dame à la licorne".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (©)

Au coeur du quartier Latin, le musée de Cluny
abrite d'importantes collections d'objets et d'œuvres d'art du Moyen-Age. Cet ensemble architectural exceptionnel est installé dans des thermes
gallo-romains et dans l'hôtel des abbés de Cluny, un bâtiment du XVe siècle, le premier hôtel particulier parisien construit entre
cour et jardin. Il fut bâti pour accueillir les abbés de l'ordre de Cluny en
Bourgogne, parmi lesquels Jacques d'Amboise qui l'a agrandi. On lui doit
notamment la chapelle située à l'étage du musée.

Le
musée de Cluny permet de faire un bond dans
le temps en seulement quelques minutes. Au
rez-de-chaussée, la salle Notre Dame et plus encore, le frigidarium, nous plongent
dans la ville Antique. Dans ces espaces, il est difficile d'imaginer que l'on se trouve en plein cœur de Paris. Le Frigidarium, grande salle gallo-romaine où l'on peut voir encore une piscine est aujourd'hui le seul à avoir conservé sa voute au nord de la Loire. Son état de conservation est remarquable.

Les
collections du musée sont entièrement consacrées au Moyen-Age. Le musée
de Cluny possède notamment le plus important ensemble de tapisseries au monde,
parmi lesquelles figure la tenture de La Dame à la licorne , que l'on peut de
nouveau admirer. Cela
faisait presque deux ans que les six tapisseries
avaient quitté le musée pour restauration. Réalisées vers 1500, ces six scènes
sur fond de fleurs, peuplées d'animaux, représentent les cinq sens et un sens
supérieur, qui pourrait être celui du cœur. Cette
sixième tapisserie porte l'inscription "mon seul désir ". La Dame à
la licorne
est exposée depuis le 18 décembre  dans une salle entièrement rénovée. L'accrochage et l'éclairage ont ainsi été totalement repensés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.