Cet article date de plus de huit ans.

Chez Caillebotte à Yerres

écouter
A Yerres dans l'Essonne, la propriété Caillebotte accueille une exposition consacrée au célèbre peintre impressionniste.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)

Gustave Caillebotte a passé de nombreux étés dans la propriété familiale de
Yerres entre 1860 et 1879. Il y a peint certaines de ses
œuvres les plus importantes. La propriété Caillebotte est un
domaine de onze hectares, classé à l'inventaire supplémentaire des monuments
historiques. Grâce aux travaux réalisés par la ville qui a racheté la propriété en 1973, ce domaine
a aujourd'hui retrouvé l'aspect qu'il avait du temps de Gustave Caillebotte : le parc, la rivière, la grande maison blanche de style palladien appelée le casin, mais
aussi les fabriques, ces petites constructions ornementales installées dans les parcs ou les jardins ont retrouvé leur état du XIXe siècle. Il y a notamment un étonnant chalet
suisse juste à côté du casin et un kiosque perché sur un enrochement. Il surplombe une glacière qui servait à conserver aliments et sorbets pendant l'été.

Dans la propriété
Caillebotte, il existe aussi un potager qu'affectionnait particulièrement le peintre. Ce vaste espace caché derrière de hauts murs
fait partie des lieux qui l'ont inspiré. Mais la principale source d'inspiration de Gustave Caillebotte était la rivière l'Yerres qui traverse la propriété et qui a donné son nom à
la ville.

La propriété Caillebotte est au
cœur de l'exposition Caillebotte à Yerres au temps de l'impressionnisme qui est
actuellement présentée dans la ferme ornée, un des bâtiments du domaine transformé en centre d'art. 42 tableaux, prêtés par les plus
grands musées, dont le célèbre triptyque consacré à la rivière et aux plaisirs
de l'eau sont de retour dans le lieu qui les a inspirés.

Rendez-vous :

Caillebotte à Yerres au temps de l'impressionnisme, à découvrir jusqu'au 20 juillet à la propriété Caillebotte de Yerres dans
l'Essonne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.