Cet article date de plus de sept ans.

#SelfiePoubella : le web tunisien contre les détritus

écouter (5min)
Et si les selfies pouvaient servir à autre chose que simplement se montrer et se mettre en valeur ? En Tunisie, un peu partout dans le pays, des habitants ont décidé de transformer cette pratique en mouvement civique !
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (© Selfie Poubella)

Les selfies sont des autoportraits que l'on prend avec un téléphone portable pour les diffuser sur les réseaux sociaux.  Depuis quelque temps, de nombreux tunisiens se prennent en photo devant des tas d'ordures, pour dénoncer à la fois le manque de civisme de leurs concitoyens et l'inaction des autorités. L'initiative a donné lieu à une page Facebook : #SelfiePoubella.

 

Un monde d'info / Selfie Poubella : le web tunisien contre les détritus. Les précisions de Thibaut Cavaillès
écouter

 

Père Pedro, le prophète des bidonvilles

 

 (Le père Pedro à la sortie de la messe © Radio France - Aurore de la Brosse)

 

Le Père Pedro est un personnage hors du commun, charismatique et médiatique. Un religieux qui consacre sa vie au combat contre la pauvreté sur l’île de Madagascar. Ce missionnaire catholique, né en Argentine, a fait partie des nominés au prix Nobel de la Paix en 2013.

Avec son association Akamasoa, créée il y a 25 ans tout juste, il a construit des villages sur une décharge de la capitale malgache, pour y accueillir les pauvres et donner à leurs enfants une chance de s'en sortir. A l'occasion des 25 ans de l'association du Père Pedro, les Editions du Rocher éditent un livre de photos, "Akamasoa, rêves d'enfants".

 

 (© Editions du Rocher)

 

 

Un monde d'info / Père Pedro, le prophète des bidonvilles de Madagascar. Le reportage d'Aurore de la Brosse
écouter

 

Les Saoudiennes ripostent sur Twitter

 

 (© RFI une caissière en Arabie Saoudite. Métier autorisé pour les femmes depuis deux ans.)

 

En Arabie Saoudite cela fait deux ans seulement que les femmes sont officiellement autorisées à travailler. La charia y est toujours appliquée de manière très stricte, et c'est d'abord pour des raisons économiques que le roi s'est finalement résolu à cette mesure, notamment pour faire baisser le taux de chômage dans le pays.

Mais cette ouverture n'est pas sans conséquences : aujourd'hui, les femmes qui travaillent sont la cible de violentes critiques, notamment sur Twitter. Le phénomène a pris une telle ampleur qu'elles ont décidé de répliquer par un manifeste, diffusé lui aussi sur les réseaux sociaux.

 

Un monde d'info / Arabie Saoudite : les femmes ripostent sur Twitter. Les explications de Clarence Rodriguez
écouter

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.