Un monde d'info, France info

Pakistan : quand une chanson défie extrémistes et taliban

On part aujourd'hui au Pakistan, pour parler d'une chanson qui fait un tabac. Une chanson qui n'a l'air de rien en apparence, mais qui dénoncent les dérives extrémistes dans le pays. Puis direction la Tunisie pour l'inauguration solennelle de l'Assemblée constituante. La société civile reste vigilante face au pouvoir détenu par les islamistes présentés comme modérés et certains sont très mobilisés. Mais d'abord, l'Egypte qui a davantage de difficultés à gérer l'après printemps arabe.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)
Egypte

Le début des législatives post- Moubarak est toujours prévu lundi prochain. Des milliers de personnes se sont rassemblées, encore aujourd'hui place Tahrir, pour demander à l'armée de lâcher rapidement le pouvoir. Ce pourrait être une journée test.
Reste que même en cas de départ de l'armée et du maréchal Hussein Tantaoui, le pays n'a pour l'heure pas d'alternative pour le remplacer.
Sur place, les derniers éléments de Marion Guénard, correspondante au Caire pour France Info.

 

 Tunisie

L'après printemps arabe se passe mieux en Tunisie. Pour l'instant.
L'Assemblée constituante élue le 23 octobre a solennellement ouvert ses travaux aujourd'hui, dix mois apres la fuite de l'ancien president Ben Ali.
Les islamistes d' Ennahda dominent largement l'assemblée avec 90 élus sur 217 députés.
Mais la société civile a promis de rester vigilante.

Quelques centaines de personnes, notamment des femmes démocrates, ont manifesté devant le palais du Bardo à Tunis pour revendiquer des garanties sur les libertés civiles.
Explications et analyse d'Yves Izard du service Etranger de France Info.

 

Pakistan

Une chanson a beaucoup de succès en ce moment à Islamabad. Une chanson postée sur Youtube et qui malgré son apparente légèreté dénonce les dérives extrémistes que connaît le pays.
Depuis la mi-octobre, on entend beaucoup parler de ce groupe La brigade Beygairat et de sa chanson "Aalu Anday" autrement dit "Des pommes de terre et des œufs". A première vue, il s'agit d'un clip potache d’un groupe de variétés. On y voit trois jeunes musiciens, de la peinture sur le visage qui chantent dans une salle de classe vide. Ils brandissent des pancartes sarcastiques sur lesquelles on lit des messages qui fustigent tous les politiciens du pays.

Les explications de Nadia Blétry, correspondante à Islamabad pour France Info.

(©)