Un monde d'avance, France info

Le pôle Nord magnétique se déplace vers la Russie

Tous les jours, dans "Un monde d’avance", un coup de projecteur sur une actualité à l’étranger restée sous les radars. Aujourd’hui, le pôle Nord magnétique se déplace très vite du Canada vers la Russie.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une boussole, le 6 novembre 2009.
Une boussole, le 6 novembre 2009. (ODILON DIMIER / ALTOPRESS)

Vous pouvez vous livrer à l'expérience chez vous. Utilisez une boussole, par exemple via une application sur votre smartphone : elle indique le Nord. Eh bien, il y a un siècle, la boussole aurait indiqué le Nord ailleurs, avec dix degrés d'écart au moins par rapport à aujourd'hui. Le pôle Nord magnétique se déplace, et il se déplace beaucoup plus vite que prévu. À tel point que mardi 5 février, son positionnement officiel a été rectifié par les scientifiques américains et britanniques, un an avant la date officielle de révision, prévue en 2020. Il a fallu anticiper parce que le changement est trop rapide. Et pour la première fois, le pôle Nord se trouve plus près de la Sibérie, en Russie, que du Canada. Il ne s'agit pas du pôle Nord géographique : lui est un point fixe. Mais le pôle Nord magnétique bouge, toujours dans la même direction, et de plus en plus vite.

Les mouvements du fer en fusion sous la croûte terrestre

Quand il a été identifié pour la première fois en 1831, il se trouvait au nord du Canada, un peu au-dessus de la célèbre baie d’Hudson. Mais depuis, il se déplace au rythme moyen de 15 km par an. Et l’an dernier, bien plus : 55 km de parcourus, c’est énorme. Le voilà maintenant de l’autre côté du pôle géographique, côté russe. C'est lié à des mouvements au sein de la croûte terrestre, à près de 3 000 km de profondeur. On y trouve d’énormes masses de fer liquide en fusion. Et cette concentration diminue sous le Canada, tandis qu’elle augmente sous la Sibérie russe. Aucun rapport a priori, précisons-le, avec le réchauffement climatique.

Le transport aérien affecté

Quant aux conséquences, elles sont multiples. Pas pour vous et moi. Ici en France, ça ne modifie pas notre guidage par GPS parce que nous sommes relativement loin du pôle. En revanche, pour certains transports, c’est très différent. Tout le transport aérien, civil, comme militaire, doit adapter ses trajectoires et ses codes numériques. C’est particulièrement vrai pour les avions qui passent par le pôle, par exemple un vol Paris-Tokyo ou Paris-San Francisco. C’est vrai aussi pour les sous-marins et les bateaux. Et bien sûr pour toute forme de déplacement, à partir de 55 degrés de latitude nord. Ce n’est pas si éloigné, c’est en gros à partir de l’Écosse. Les aéroports et les compagnies aériennes ont donc été alertés en priorité par cette nouvelle localisation du pôle Nord.   

La Russie fascinée

Et ça fait causer en Russie, forcément. Dans les journaux moscovites, dans le JT de la télévision russe, petite revendication nationaliste : le pôle Nord est désormais plus près de la Sibérie que du Canada, ça fascine. Ça fascine et en même temps, ça inquiète. La télévision russe se préoccupe de l’évolution rapide de ce phénomène et du risque, parfois évoqué par certains scientifiques, d’une inversion magnétique des pôles Nord et Sud de la Terre, avec des conséquences difficilement prévisibles. Pour l’instant, c’est de la science-fiction.

Une boussole, le 6 novembre 2009.
Une boussole, le 6 novembre 2009. (ODILON DIMIER / ALTOPRESS)