Un monde d'avance, France info

La Chine met le paquet pour limiter le plastique

Pékin vient d’annoncer un énorme plan pour limiter l’usage des sacs plastique. Et cette révolution va se conduire à marche forcée.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Des sacs plastiques à la sortie d\'un supermarché chinois.
Des sacs plastiques à la sortie d'un supermarché chinois. (TEH ENG KOON / AFP)

On a envie de dire : à la chinoise. C’est-à-dire qu’on ne fait pas les choses à moitié. À Pékin, le ministère de l’Environnement l’a annoncé ce dimanche 19 janvier : d’ici à la fin de cette année 2020, tous les sacs en plastique jetables devront avoir disparu dans toutes les grandes villes du pays. Interdiction totale au 1er janvier prochain. Même chose, même délai, pour les pailles en plastiques et la vaisselle jetable dans les restaurants. Et d’ici trois ans, fin 2022, les sacs seront interdits dans tout le pays. Les chaînes de restauration rapide ou de plats à emporter seront également visées, mais avec des objectifs un peu moins radicaux : réduction de 30% d’ici 5 ans pour tous les contenants en plastique. Enfin d’ici 2025, les hôtels et les marchés devront également avoir remplacé tous les articles en plastique à usage unique. Bref, le pouvoir chinois n’y va pas de main morte. C’est comme avec les énergies renouvelables : quand la Chine met en place un champ d’éolienne, il a au moins la taille de 10 terrains de football !

Le plus grand producteur de déchets au monde

Il faut dire que la Chine a un gros problème de déchets en plastique. c’est comme pour l’énergie. La Chine c’est en même temps les projets environnementaux les plus ambitieux, et la pollution la plus importante. La Chine c’est la première production manufacturière de plastique au monde : 29% du total mondial. Et la conséquence, forcément avec 1 milliard 400 millions d’habitants, c’est aussi la plus grosse production de déchets en plastique : 60 millions de tonnes, presque le double des Etats-Unis. Et encore ce sont des chiffres qui datent de près de 10 ans. Il n’y a pas de statistiques officielles récentes. On estime par exemple que le Yang Tsé Kiang, au centre du pays, est le fleuve au monde qui charrie le plus de déchets plastique vers les océans. Résultat : la Chine ne sait plus comment faire, face à ces montagnes de déchets. La principale décharge du pays a atteint son taux de saturation 25 ans avant la date prévue ! C’est aussi pour cette raison qu’il y a 2 ans, Pékin a stoppé net toute importation de déchets de l’étranger : les pays occidentaux, en particulier, avaient pris l’habitude d’envoyer leurs déchets en recyclage en Chine. C’est fini.

Le renvoi des déchets occidentaux à leurs expéditeurs

Et cette prise de conscience est en train de toucher progressivement toute l’Asie. La Thaïlande a annoncé récemment la même interdiction de tous les sacs en plastique jetables. Elle s’est donnée deux ans, jusqu’à fin 2021 pour y parvenir.   En Indonésie, l’ile de Bali a également interdit les sacs plastiques, même chose dans les marchés de la capitale Jakarta à l’horizon du mois de juin prochain.   Et puis, toujours à l’image de la Chine, d’autres pays asiatique en ont assez d’être les dépotoirs des pays occidentaux. Episode révélateur : la Malaisie vient de renvoyer, ce dimanche 19 janvier, 150 conteneurs de déchets plastique à leurs expéditeurs. L’Indonésie et les Philippines avaient fait la même chose il y a quelques semaines. 150 conteneurs, pour vous donner une idée, ça veut dire 3700 tonnes de déchets ! Et près d’un tiers, soit 43 de ces conteneurs, venaient… de France.

Des sacs plastiques à la sortie d\'un supermarché chinois.
Des sacs plastiques à la sortie d'un supermarché chinois. (TEH ENG KOON / AFP)