Un monde d'avance, France info

L'économie chinoise ralentit

La croissance chinoise du dernier trimestre est la plus faible depuis 2009. C'est un nouveau signe du ralentissement de l'économie du géant asiatique.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
La Bourse de Shanghai a dévissé de 25% depuis le 1er janvier.
La Bourse de Shanghai a dévissé de 25% depuis le 1er janvier. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Ca sent l’essoufflement ! Au 3ème trimestre de cette année, entre début juillet et fin septembre donc, la croissance chinoise s’est élevée à 6,5%. C’est tout de même beaucoup, très au-dessus des 2% que dépasse péniblement l’Europe. C’est vrai, mais… il y a un gros "mais" ! D’abord, ce chiffre est probablement gonflé : la vérité, selon plusieurs économistes, se situe plus probablement entre 5 et 6%. Mais surtout, même si on admet ce chiffre de 6,5, c’est le niveau le plus bas depuis près de 10 ans ! La Chine est désormais très loin des 14% atteints en 2007. Et trimestre après trimestre, le ralentissement s’accentue.

Par-dessus le marché, ce n’est pas le seul indicateur qui bat de l’aile. La production industrielle a progressé de moins de 6% depuis un an, les ventes d’automobiles sont en recul et les investissements dans les grosses infrastructures (les transports, le bâtiment) ralentissent. Effet en chaîne : la confiance des investisseurs diminue, la Bourse de Shanghai a perdu 25% depuis le 1er janvier.  

L'impact de la guerre commerciale avec Washington n'a pas encore eu lieu

 

On est tenté de penser que c’est un effet de la guerre commerciale avec les États-Unis. Mais ce n'est pas le cas et c’est ça qui est le plus inquiétant pour la Chine. Les conséquences de cette bataille avec Washington ne se sont pas encore faits sentir. Les mesures américaines sont trop récentes. Rappelons-le : Donald Trump a décidé de taxer les produits chinois à 10 ou 25%. Les voitures, l’électronique, le textile, tout cela devrait alourdir la facture de 250 milliards de dollars. Dans l’année qui vient, cela pourrait donc faire perdre plusieurs marchés à la Chine. Problème : les exportations sont la clé de voûte de l’économie chinoise. Si la Chine perd des marchés, ça va se répercuter pour elle en termes d’emplois, donc de consommation, donc de croissance. Le ralentissement de l’économie chinoise pourrait donc s’accentuer.  

La lutte contre l'endettement est la cause première du ralentissement

L’explication de ce ralentissement est plus structurelle : la Chine, on le sait assez peu, est extrêmement endettée. En 10 ans, sa dette s’est envolée, multipliée par 4.  Soit entre 250 et 300% de son produit intérieur brut. C’est gigantesque ! En plus, la frontière public-privé est assez floue en Chine, donc il faut intégrer à la fois l’endettement de l’État et celui des entreprises. Pour le Fond monétaire international, cette dette constitue désormais une "menace" pour l’économie mondiale. Le pouvoir chinois a donc décidé de s’attaquer enfin au sujet, en combattant la finance parallèle et en limitant l’accès au crédit. Et c’est cette remise en ordre qui ralentit l’économie. Voilà donc la Chine confrontée à un double problème simultané : sa dette et la guerre commerciale avec les États-Unis. Le géant chinois est donc sur un terrain glissant.  

La Bourse de Shanghai a dévissé de 25% depuis le 1er janvier.
La Bourse de Shanghai a dévissé de 25% depuis le 1er janvier. (VINCENT ISORE / MAXPPP)