États-Unis : la justice californienne enquête sur le rôle de l'industrie pétrolière dans la pollution par le plastique

écouter (3min)

Le procureur général de l'état le plus peuplé des états-Unis, a décidé de poursuivre les géants pétroliers pour leur responsabilité dans la pollution due au plastique. Il accuse l'industrie d'avoir fait croire que ces déchets étaient recyclables.

Article rédigé par
Valérie Cantié - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le procureur général démocrate de Californie Rob Bonta, le 15 novembre 2021. (JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

C'est celui que l'on appelle le "top cop" de la Californie (États-Unis), le flic en chef. Le procureur général démocrate Rob Bonta, nommé l'année dernière, était très remonté jeudi 28 avril devant la presse, sur une plage de Los Angeles : "Pendant plus d'un demi-siècle, l'industrie du plastique a mené une campagne agressive pour tromper le public, perpétuant le mythe selon lequel le recyclage peut résoudre la crise du plastique. La vérité est la suivante : l'écrasante majorité du plastique ne peut pas être recyclée !" 

Du plastique dans l'air, la nourriture et même le sang

Rob Bonta rappelle les chiffres de l'OCDE : seuls 9% des plastiques sont recyclés aux États-Unis. Et 91% sont incinérés, enterrés dans des décharges, relâchés dans la nature, les océans. La production de plastique à partir de pétrole a augmenté de 20 000 % depuis les années 50. Les images que le procureur a utilisées sont extrêmement parlantes : il prend le fameux exemple de la carte de crédit en en tenant une à la main devant les caméras. "Nous consommons en une semaine cinq grammes de micro plastiques, soit l'équivalent du poids de cette carte de crédit", dit-il. Et cela uniquement en buvant de l'eau, en mangeant et en respirant. 

Les particules de plastiques se retrouvent dans l'eau potable, l'air, la nourriture, et même dans le sang et les poumons humains. Chacun d'entre nous consomme 88 kilos de plastique durant sa vie. Dans les années 80, rappelle le procureur californien, en voyant les images de tonnes de plastique dans les décharges, des collectivités ont envisagé de réduire les produits en plastique. Et la réponse de l'industrie a été de lancer des campagnes de publicité encore plus agressives pour convaincre la population de recycler.

Des efforts pour "duper le public"

Le recyclage c'était LA solution qui allait permettre de toujours produire plus. Les patrons des principales compagnies pétrolières connaissaient pourtant la vérité. Des documents internes datant des années 70 ont récemment été mis au jour. Ils alertaient déjà les dirigeants : recycler serait infaisable et non viable sur le plan économique. Rob Bonta cite "les efforts déployés par l'industrie pétrochimique pour duper le public" et la justice va devoir déterminer, dit-il, en quoi "ces actions ont pu contrevenir à la loi".

Premier assigné en justice : l'américain Exxon Mobil, précurseur dans la promotion du recyclage du plastique. La société a réagi via un communiqué de presse. Le leader de l'industrie pétrolière rejette les accusations du procureur général. Il affirme même partager les inquiétudes de la société et, "collaborer avec les gouvernements pour soutenir des projets améliorant la gestion des déchets et le recyclage". Cette enquête judiciaire, si elle aboutit, va prendre des années.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.