Un monde d'avance, France info

Au Québec aussi, les restrictions se multiplient face au retour de l'épidémie

Les pays européens ne sont pas les seuls à connaître une résurgence de l’épidémie de coronavirus. C’est également le cas dans la province canadienne, où les pouvoirs publics viennent d’annoncer plusieurs mesures.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un centre de dépistage du coronavirus à Montréal, le 12 mai 2020
Un centre de dépistage du coronavirus à Montréal, le 12 mai 2020 (GRAHAM HUGHES / MAXPPP)

Trois régions du Québec sont passées ce 20 septembre au soir en "alerte orange" : les Appalaches et surtout les zones de deux plus grandes villes, Montréal et Québec. Concrètement, cela veut dire tout un tas de restrictions. Les rassemblements privés sont particulièrement visés : interdiction désormais de se réunir à plus de six personnes, amis ou cercle familial. Même plafond, six personnes, pour dîner ensemble au restaurant ou boire un verre au café. Les bars et les restaurants commencent même à redouter de se voir imposer une fermeture pure et simple.

Les rassemblements dans les lieux publics, pour un mariage, une cérémonie religieuse ou un barbecue sont désormais limités à 25 personnes. Les visites dans les équivalents québécois des Ehpad sont désormais restreints aux proches. Et tous les Québécois sont invités à limiter leurs déplacements. Seules les salles de sport sont pour l’instant épargnées par toutes ces restrictions, parce que les autorités de santé affirment n’y avoir détecté aucun cas de contamination.   Des mesures similaires sont également entrées en vigueur avant-hier dans la province canadienne voisine, l’Ontario, à l’ouest du Québec. Avec des sanctions très fortes pour les contrevenants : les amendes peuvent aller jusqu’à 6 400 euros en cas de rassemblement dépassant les limites autorisées.  

5 800 morts et 67 000 cas

Le Québec est la province canadienne la plus touchée par le coronavirus. 67 000 cas de contamination, 5 800 morts. Cela représente presque les deux tiers des 9 250 victimes que déplore l’ensemble du Canada. Et si on rapporte ce chiffre à la population globale, un peu moins de 9 millions d’habitants au Québec, nous sommes dans des proportions de létalité assez comparables à la France. Même si, il faut le rappeler, il est très difficile de faire des comparaisons fiables sur les chiffres de mortalité entre pays, vu que tout le monde ne compte pas avec la même transparence.  

En tous cas, au Québec comme en France, l’épidémie redémarre. Tous les indicateurs repartent à la hausse : nombre de cas, nombre d’hospitalisations, etc. Là aussi, on est en train de revenir aux niveaux du mois de mai. Le directeur de la santé publique là-bas, qualifie la situation de "très préoccupante", d’où cette salve de restrictions annoncées hier soir.  

Le milieu familial montré du doigt

La sphère privée est particulièrement visée : c’est le fait nouveau. Les études épidémiologiques et le traçage révèlent un grand nombre de cas de contaminations dans le milieu familial ou amical. Les autorités québécoises appellent donc instamment toute la population à limiter les dîners en famille ou entre amis. À éviter de se rendre visite, etc. À éviter aussi d’aller faire ses courses à plusieurs : une personne par ménage, cela doit suffire, estime la direction de la santé publique. Et si ça ne s’arrange pas dans les semaines qui viennent, il faut s’attendre à des mesures plus strictes, d’autant que dès la mi-octobre, l’hiver peut arriver rapidement au Québec.  

Un centre de dépistage du coronavirus à Montréal, le 12 mai 2020
Un centre de dépistage du coronavirus à Montréal, le 12 mai 2020 (GRAHAM HUGHES / MAXPPP)