Toute dernière fois, France info

Toute dernière fois. 1993, la dernière fois où Alain Prost a participé à un Grand Prix de F1

Tout l'été, nous revenons sur ces moments où l'histoire s'achève. Le 7 novembre 1993, le pilote Alain Prost participait à son dernier Grand Prix en Australie, à Adelaïde.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Alain Prost au Grand Prix d\'Adelaïde (Australie), le 7 novembre 1993.
Alain Prost au Grand Prix d'Adelaïde (Australie), le 7 novembre 1993. (JEAN-MARC LOUBAT / GAMMA-RAPHO)

Ayrton Senna a fait monter Alain Prost sur la première place sur podium à ses côtés. Il l’enlace. Les deux plus grands pilotes de ces années-là sont heureux et émus. C’est le dernier Grand Prix de la saison, le grand-prix d’Adelaïde en Australie, le 7 novembre 1993. Un grand-prix dont l’enjeu n’est pas sportif. Avant même le départ, Alain Prost est déjà champion du monde, champion du monde pour la quatrième fois. Sa Williams qu’il partage avec Damon Hill domine largement le plateau. Senna ne peut profiter des dernières avancées technologiques à bord de sa McLaren. Cette saison, Prost remporte sept victoires et le championnat après sa victoire au Portugal alors qu’il reste encore deux grand-prix à courir.

"On a énormement de choses qui peuvent vous perturber"

Si les deux hommes sont émus, c’est qu’il s’agit là du dernier Grand Prix de la carrière d’Alain Prost. Le 199e. Alain Prost : "C'est difficile de trouver la motivation mais surtout la concentration parce qu'on pense malgré tout que c'est la dernière course, la dernière fois où on met le casque, on met les gants. On a énormement de choses qui peuvent vous perturber, vous troubler mais cela s'est bien passé. Je pense que j'ai fait une course sans faute. Je dirai que ce n'est même pas encore le moment émouvant. Je pense que quand je vais partir ce soir ce sera un peu plus dur."

Une amitié après un accrochage

Cette émotion partagée sur le podium d’Adelaïde en novembre 1993 a aussi de quoi surprendre ceux qui se souviennent de l’accrochage entre les deux coéquipiers au Japon en 1989, provoqué par Prost et lui offrant le titre. Et celui de l’année suivante – entre-temps Prost est parti chez Ferrari – toujours au Japon, provoqué par Senna cette fois-ci et offrant au Brésilien le titre.

Cette grande rivalité s’est apaisée avec le temps. En 1992, Prost s’est accordé une année sabbatique et devient consultant pour TF1. Et en 1993, la domination de Williams est telle que la rivalité, qui n’était que sportive, n’a plus lieu d’être.
Ce dernier podium de Prost est aussi le dernier de Senna. Le coureur brésilien commence la saison 1994 par trois abandons avant de se tuer lors du Grand Prix de San Marin le 1er mai. Senna n’avait plus de motivation, comme orphelin de Prost. Le matin du drame, le Brésilien effectue un tour de circuit embarqué et commenté pour la télévision, il commence par ces mots :  "Et pour commencer, un bonjour à notre ami Alain. Tu nous manques à tous Alain !"

Alain Prost au Grand Prix d\'Adelaïde (Australie), le 7 novembre 1993.
Alain Prost au Grand Prix d'Adelaïde (Australie), le 7 novembre 1993. (JEAN-MARC LOUBAT / GAMMA-RAPHO)