Cet article date de plus de neuf ans.

Croissance et salaires : les divergences franco-allemandes

écouter
La question des salaires s'impose dans le débat sur la croissance. Le ministre du travail Michel Sapin n'exclut pas un coup de pouce au SMIC alors qu'en Allemagne la hausses des rémunérations est d'actualité. De quoi faire des jaloux de ce côté-ci du Rhin.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Michel SAPIN estime " légitime " de donner un coup de pouce au SMIC mais pas plus... dans le contexte économique actuel, ça serait mettre les petites entreprises en difficulté. Le Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance n'a pas connu de coup de pouce supplémentaire de l'Etat depuis cinq ans alors qu'en Allemagne les salaires de la fonction publique viennent d'être augmenté de 6 et demi% ; de 4,3% dans la métallurgie et, on l'a appris hier : de 4 et demi% dans le secteur de la chimie.

Pourquoi est-ce possible en Allemagne et pas en France ?

Ce n'est pas un secret : la situation économique des deux pays est bien différente ! Et puis en Allemagne, les salaires sont gelés depuis 20 ans. Au cours des 2 dernières décennies, le salarié allemand a vu sa rémunération augmenter d'à peine 1% par an alors que la moyenne en zone euro était de 3%. Outre Rhin, les salaires ont été sacrifiés sur l'autel de la compétitivité et des performances industrielles à l'exportation. Mais cette hausse des rémunérations répond aussi une logique politique. En plein débat sur la croissance en Europe, la chancelière Angela MERKEL, très critiquée, veut montrer qu'elle agit. Une hausse des salaires en Allemagne va relancer la consommation intérieure, donc les importations... donc, normalement, nos exportations... tout le monde devrait en profiter... merci Angela !

  • Donc, la hausse des salaires en France n'est pas pour demain  ? *

Non. Au moins pour deux raisons. D'abord la conjoncture... les entrepreneurs ont le moral dans les chaussettes... les carnets de commandes sont en berne... augmenter les salaires aujourd'hui en France entamerait encore un peu plus la compétitivité de nos produits et aurait pour conséquence immédiate de freiner l'embauche.  Michel SAPIN le sait très bien... d'où ses propos très mesurés hier. Enfin, n'oublions pas que pendant la campagne, François Hollande avait promis d'indexer d'éventuels coups de pouce au SMIC sur la croissance... or, on sait dores et déjà grâce aux prévisions de l'INSEE et de la Banque de France que l'économie française sera en croissance 0 sur le premier semestre.  On se contentera donc d'un petit geste... son ampleur sera décidée lors de la conférence sociale prévue début juillet mais sera loin, très loin, de ce que réclament les syndicats.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.