Tout et son contraire, France info

Yann Moix : "J'aime la démesure, j'aime la longueur"

Yann Moix, romancier et cinéaste, s'est fait connaître grâce à son roman Podium, qu'il a adapté au cinéma. Trois millions d'entrées, une première pour un film issu d'un roman, depuis Pagnol. Il vient de publier un roman : Naissance, chez Grasset. Un pavé de 1.140 pages où il raconte sa naissance. Ce qui a précédé, et ce qui a suivi.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

Le nombre de pages pourrait effrayer certains lecteurs, mais
cela ne dérange pas Yann Moix qui ne trouve pas cela démesuré. "J'aime la
démesure, j'aime la longueur et j'aime ce qui dure. Ce n'est pas un gros livre,
c'est simplement une parole qui dure, qui s'allonge et non pas un livre qui s'épaissit.
"

Yann Moix avait déjà raconté avoir été un enfant
battu. Là, il en fait une fiction. Il invente une association : l'APEB
: l'association pour la préservation des enfants battus, où ses parents
prennent des leçons. Il fait débouler un certain Monsieur Théotokos qui donne
des cours à son père pour frapper son fils, c'est-à-dire lui même. Il consacre
un chapitre à tous les coups qu'il a pris.

Il n'attend aucune réaction de ses parents. "Je ne
suis pas quelqu'un qui se définit par rapport à ses parents. Mes parents ne
sont que des géniteurs. La filiation et la paternité est un sujet plus
important que de savoir qui nous a techniquement mis au monde.
"

Le désintérêt

Yann Moix a connu le succès et l'échec, pourtant cela ne l'intéresse
pas. "Il ne faut pas avoir un discours cynique parce qu'il y a des gens
qui vous font confiance. On ne peut pas dire n'importe quoi. Il y a un éditeur qui
engage beaucoup d'énergie et des gens qui travaillent pour vous soutenir. Le
respect voudrait que l'on fasse tout pour que le livre se vende. Au moment
où j'écris je m'en moque, mais quand le livre sort, je joue le jeu.
"

Le cinéma

Son second film, Cinéman , a été un énorme bide. Seulement
300.000 entrées, alors qu'il en fallait 2,5 millions pour rembourser, un film
qu'il qualifie lui-même de film malade. "C'est un film dans lequel
rien ne fonctionne. Le scénario a été écrit pour un acteur qui ne l'a pas
tourné et finalement c'est un autre film que j'aurais dû écrire pour Franck
Dubosc.
"

Le tournage a connu de nombreuses déconvenues que ce soit
dans les relations avec les techniciens, entre les acteurs, ou en raison d'accidents.
Yann Moix était dans un état lamentable. "Je sentais dès le premier jour
de tournage que j'allais dans le mur.
"

(©)