Tout et son contraire, France info

Romain Bardet : "Plus tard, ça me plairait de suivre un tour de France en camping-car"

Romain Bardet, coureur cycliste français arrivé deuxième du Tour de France en 2016, qualifié comme l’intello du milieu est l’invité de Philippe Vandel dans Tout et son contraire.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le cycliste tricolore Romain Bardet au départ d\'une course en Espagne, le 23 mars 2017. 
Le cycliste tricolore Romain Bardet au départ d'une course en Espagne, le 23 mars 2017.  (JOSEP LAGO / AFP)

Romain Bardet est le septième coureur français à monter sur le podium du Tour de France ces trente dernières années. A 25 ans, il a terminé deuxième du Tour en 2016, derrière le Britannique Chris Froom. Un coureur atypique dans le milieu, qui a obtenu une licence de droit, et est diplômé d’une grande école de management, ce qui lui vaut le surnom d’ "intello du peloton".

S’il avoue passer 330 jours sur 365 sur son vélo pour s’entraîner, il confie aussi son amour pour la capitale quand il a quelques jours de répit. Il vient à Paris pour se "ressourcer" et profiter de "l’effervescence parisienne". Pas un fêtard dans l’âme, plutôt épicurien, il confie aimer volontiers déguster de "bons vins" et de "bons plats". Quant au Vélib’ à Paris… très peu pour lui ! Il se sent "en danger", et estime que la capitale a encore "des progrès à faire" en terme d’aménagements des pistes cyclables pour que le vélo devienne un véritable moyen de déplacement.

Intransigeant en matière de lutte contre le dopage

Le vélo n’est pas la seule passion de Romain Bardet. Lire Le Monde Diplomatique, s’intéresser aux questions économiques ou géopolitiques, est aussi un de ses passe-temps, mais n’allez pas lui dire que c’est un "intello", il réfute ce terme. Son équilibre, il le trouve dans ces deux univers, après avoir pu faire des études de droit et de mangement. "Avoir pu baigner dans ses deux mondes, ça été pour moi la plus grande réussite, bien plus que n’importe quelle victoire sur le vélo".

Atypique, Romain Bardet l’est aussi en matière de lutte contre le dopage. Il fait figure d’intransigeant, se disant favorable aux contrôles de nuit, par exemple pour les cyclistes. Et en cas de dopage avéré, il préconise notamment de rendre les gains gagnés.

Loin de son meilleur niveau 

Au mois de juillet, Romain Bardet s’attaquera à son cinquième Tour de France, avec l’envie de faire mieux que sa deuxième place l’an dernier. La dernière victoire sur le Tour pour un Français remonte à 1985 avec Bernard Hinault. A 26 ans, il considère ne pas avoir encore atteint "l’apogée de ses capacités". Pour viser le maillot jaune, il y a le travail, l’entraînement, et une dose d’imprévisibilité. 

Personne ne me voyait sur la 2e marche du podium, c’est la preuve que tout est possible

Romain Bardet, cycliste professionnel

à franceinfo

Gagner le Tour n’est pas le seul objectif de Romain Bardet. Avec son côté romantique, il espère aussi un jour "suivre un Tour de France en camping-car parce qu’il y a l’air d’avoir une ambiance fabuleuse sur le bord des routes".

Le cycliste tricolore Romain Bardet au départ d\'une course en Espagne, le 23 mars 2017. 
Le cycliste tricolore Romain Bardet au départ d'une course en Espagne, le 23 mars 2017.  (JOSEP LAGO / AFP)