Cet article date de plus de neuf ans.

Roberto Alagna : "Tout se passe vite dans ma vie"

écouter
Roberto Alagna, chanteur lyrique, mais pas seulement. Si l'on en croit Le Monde, il est "le ténor le plus célèbre de la planète depuis la mort de Pavarotti". Il sort Robertissimo, en référence au Pavarottissimo de Luciano Pavarotti. Un double CD, et chacun dans son style : des chants traditionnels et de vrais airs d'opéra.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (©)

Roberto Alagna a voulu mélanger les genres pour que "le
mélomane, le pur et dur, soit satisfait avec des airs peu connus et très
connus, et un disque de chansons traditionnelles, populaires qui est l'autre
facette de ma passion.
"

Le 9 novembre, Alagna sera sur la scène du Met de New York
pour la célèbre Tosca de Puccini. Le concert sera retransmis en HD dans 2.000
salles dans 60 pays.

En janvier, il sera à l'opéra Bastille avec Werther, et le
30 janvier pour la soirée Little Italy au Zénith.

Nouveau départ

A 50 ans, Roberto Alagna prend un  nouveau départ. Il
va être père pour la seconde fois. Il est en couple avec la soprano polonaise
Aleksandra Kurzak. Après avoir divorcé de la soprano roumaine Angela
Gherghiu. "J'ai besoin d'admirer et comme ma passion c'est le chant, je
succombe facilement au charme d'une voix.
"

En 2012, Roberto Alagna est revenu avec sincérité sur la
mort de sa première épouse, Florence. C'était en 1993, un an après avoir donné
naissance à leur fille Ornella. Il avait 30 ans. Elle est décédée d'une tumeur
au cerveau en quelques semaines.

"Tout se passe vite dans ma vie. Quand Florence est
décédée j'ai eu l'impression de mourir aussi. Quand je regarde les films ou
photos de cette époque je ne me reconnais pas.
" Cette expérience a changé
sa vision de l'existence. "Je me suis aperçu que rien n'avait de valeur à
part les êtres humains entre eux et l'amour que l'on a pour les autres.
"

Les scandales

Roberto Alagna est presque une pop star avec ses triomphes
et ses scandales. Pas de carrière planétaire sans scandale planétaire. Il l'a
eu. Le 10 décembre 2006, Roberto Alagna chantait Aïda à la Scala de Milan. A la
fin du 1er acte, il a entendu des sifflets, et même des "bouh".

En 2007, il annonçait être "en procès et ne jamais
rien lâcher".

"Nous nous sommes mis d'accord avec la Scala. Je n'ai
plus le droit de parler de ce qui s'est passé à la Scala. Mais ce qui est
incroyable c'est que le nouveau directeur m'invite dans Aïda pour une nouvelle
production.
"

Avant de donner sa réponse, il a demandé l'avis de ses fans
sur Facebook. "J'ai un contact avec mes fans qui est très important.
Quand j'ai été blessé à la Scala, je ne l'ai pas été tout seul. Tous mes fans l'ont
été.
"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.