Tout et son contraire, France info

Jérémy Ferrari : "Il n’y a rien de drôle dans la guerre, ce qui est drôle c’est ce qu’on en fait !"

L'humoriste Jérémy Ferrari a été découvert dans l’émission "On ne demande qu’à en rire". Connu pour son humour noir, grinçant, il est passé de la page "spectacles" à la page "politique". Il est l'invité de Philippe Vandel dans Tout et son contraire.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Jérémy Ferrari à Montbéliard le 18 mars lors de son spectacle \"Vends deux places à Beyrouth\"
Jérémy Ferrari à Montbéliard le 18 mars lors de son spectacle "Vends deux places à Beyrouth" (LIONEL VADAM / MAXPPP)

Beaucoup de Français ont découvert Jérémy Ferrari quand il est passé dans tous les JT. Il venait alors d'interpeller dans On n’est pas couché, le Premier ministre, Manuel Valls, au sujet de la présence du président du Gabon Ali Bongo à la manifestation de soutien à Charlie Hebdo.

Actuellement, Jérémy Ferrari est en tournée avec Vends 2 pièces à Beyrouth, le premier spectacle d’humour sur la guerre, fort d'un triomphe à Paris avec 200 000 spectateurs. "Il n’y a rien de drôle dans la guerre, ce qui est drôle c’est ce qu’on en fait et ce qu’on dénonce, c’est l’absurdité des situations. On n’est jamais aussi fort que la réalité", raconte-t-il. Au début du spectacle, il choisit un spectateur dans la salle et le désigne comme un responsable de la sécurité au cas où des terroristes attaquent la salle. Il faut oser... Dans son spectacle, il va même encore plus loin :"En cas d’attaque, je veux que mon public soit digne. Pas comme au Bataclan : vas-y que je te marche dessus..."

Brouillé avec Dubosc qui lui change son scénario

Il y aussi une séquence qui fait hurler de rire le public : l'agression du gérant la station-service par les frères Kouachi. Il dit à la police : "Je ne peux pas les retenir : ils ont des kalachnikov, moi j'ai des Mentos". Jeremy Ferrari s’est documenté trois ans pour écrire ce spectacle. Tout ce qu’il raconte part de faits authentiques. Il s’intéresse aussi au cinéma : il est ainsi à l'origine du film Les têtes de l’emploi, avec Franck Dubosc, dont il a écrit le scénario. Ils devaient jouer tous les deux dans ce film, mais le scénario a été modifié par les producteurs à la demande de Franck Dubosc. Du coup, Jérémy Ferrari a refusé de jouer dans le film et il a demandé à ce que son nom ne figure pas au générique. Il leur a même fait un procès...

Il prépare un film avec Philippe Croizon

Ceci dit, l'affaire ne l’a pas découragé du cinéma : il prépare un film sur la vie de Philippe Croizon, le sportif amputé des quatre membres qui a traversé notamment la Manche à la nage. "On va vraiment écrire le récit de cette traversée des cinq continents qu’il a faite à la nage, qui est quand même un truc incroyable. Lui dit toujours qu'il y a deux choses qui l’ont sauvé : l’humour et ses enfants", raconte-t-il.

Jérémy Ferrari à Montbéliard le 18 mars lors de son spectacle \"Vends deux places à Beyrouth\"
Jérémy Ferrari à Montbéliard le 18 mars lors de son spectacle "Vends deux places à Beyrouth" (LIONEL VADAM / MAXPPP)