Tout et son contraire, France info

Franck Thilliez : "Les vampires sont très bien cachés mais ils existent"

Franck Thilliez, écrivain de polars, est l'un des maîtres français du thriller. Le romancier, aux quatre millions de livres vendus, est l’invité de Philippe Vandel dans Tout et son contraire.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le romancier, Franck Thilliez, passe beaucoup de temps à faire des recherches avant d\'écrire un polar. 
Le romancier, Franck Thilliez, passe beaucoup de temps à faire des recherches avant d'écrire un polar.  (MAXPPP)

Franck Thilliez vient de publier Sharko chez Fleuve éditions. Le titre renvoie à son personnage fétiche, Franck Sharko, qu’il a marié à un autre de ses personnages, Lucie Hennebelle. Ils sont tous les deux inspecteurs de police au mythique 36, Quai des Orfèvres.

Des vampires qui l'inspirent 

Le livre commence très fort par un meurtre, dont on connaît tout de suite le nom de l’auteur : c'est Lucie Hennebelle. Comme la meurtrière est policière, elle va enquêter sur son propre meurtre avec son compagnon. Ils vont découvrir une série de crimes et une sorte de secte : "Les vampyres". Et pour Franck Thilliez, les vampires existent bel et bien.

Les vampires sont très bien cachés mais ils existent, j’ai fait pas mal de recherches […] Le sang les attire, mais ce ne sont pas les vampires de science-fiction. Ils sont plus contre la société et ils essaient de voir comment ils peuvent l’ébranler à leur manière.

Franck Thilliez, romancier

à franceinfo

Le journal Le Parisien l'a d'ailleurs écrit : "Tout ce qu’écrit Franck Thilliez sur le sang est rigoureusement exact". L'auteur passe la moitié de son année, non pas à écrire, mais à mener des recherches scientifiques, à lire de la documentation et à rencontrer des experts.

Le goût de l'horreur dès le plus jeune âge

L'auteur de Train d'enfer pour Ange rouge raconte qu'il passait ses soirées à regarder des films d'horreur, lorsqu'il était enfant. Il confie qu'il était terrifié, mais il ne pouvait pas s’en empêcher. Ce qui est frappant chez lui, c’est qu'à chaque fois qu’il parle de choses affreuses, il a tendance à rire. "Les gens qui me voient pensent, qu'en fait, je suis un gros malade mental. C’est l’image qu’ils ont quand ils lisent mes livres, mais ils se rendent compte que je suis totalement équilibré […] J’arrive vraiment à extraire tout ça de moi, ça me perturbe beaucoup pendant l’écriture mais une fois que ça sort, je me sens bien et finalement j’ai envie de partager ces horreurs avec les gens" explique-t-il. Quand il était enfant, Franck Thilliez faisait des cauchemars atroces. Ils ont disparu quand il s’est mis à écrire des histoires horribles.

Des recherches sur les gauchers 

Malgré son énorme succès, Franck Thilliez n'a pas changé d'environnement. Il habite toujours son petit village de Mazingarbe, dans le Pas-de-Calais avec sa famille. Le romancier révèle qu'il est étrangement fasciné par les gauchers. "Mes deux fils sont gauchers. Ma femme et moi, nous sommes droitiers. En faisant des recherches, je me suis rendu compte que dans les temps anciens, les gauchers étaient plus violents. Ce n’est pas moi qui le dit, ce sont des chercheurs", raconte-t-il, sans rire...

Le romancier, Franck Thilliez, passe beaucoup de temps à faire des recherches avant d\'écrire un polar. 
Le romancier, Franck Thilliez, passe beaucoup de temps à faire des recherches avant d'écrire un polar.  (MAXPPP)