Tout est politique, France info

Tout est politique. Congrès des maires : "On assiste à un concert d'exagération", déplore Jean-Luc Moudenc

Jean-Luc Moudenc, maire Les Républicains de Toulouse et président de France urbaine, était l'invité de Tout est politique, mardi sur franceinfo. Il est revenu sur la modération des dépenses demandée aux collectivités par le gouvernement. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Mis à jour le
publié le

Jean-Luc Moudenc, maire Les Républicains de Toulouse et président de France urbaine, était l\'invité de Tout est politique, mardi 21 novembre sur franceinfo. 
Jean-Luc Moudenc, maire Les Républicains de Toulouse et président de France urbaine, était l'invité de Tout est politique, mardi 21 novembre sur franceinfo.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Jean-Luc Moudenc, maire Les Républicains de Toulouse et président de France urbaine, qui regroupe les villes et les grandes intercommunalités, était l'invité de Tout est politique, mardi 21 novembre sur franceinfo. Alors que l'Association des maires de France est réunie en congrès jusqu'à jeudi, il est revenu sur la colère de certains maires par rapport aux efforts financiers demandés par le gouvernement.

À l'occasion de ce congrès, le Premier ministre Edouard Philippe a proposé aux principales collectivités de modérer l'augmentation de leurs dépenses en contrepartie d'une stabilisation de la dotation globale de fonctionnement sur l'intégralité du quinquennat. "Sur le principe même, ça me semble être quelque chose de vertueux", a estimé Jean-Luc Moudenc.

Modérer la progression des dépenses

"Le problème c'est que depuis quelques semaines on assiste à un concert d'exagération", a déploré Jean-Luc Moudenc concernant la colère d'une partie des élus locaux qui dénoncent les économies réclamées par le gouvernement. Il estime que ces exagérations proviennent "d'un certain nombre d'élus de droite et de gauche". Il estime que le discours de ces différents maires est biaisé. "On avait l'impression qu'il y allait avoir une baisse drastique des dotations. C'est ce qu'on a connu pendant la période précédente. Il s'agit de modérer la progression des dépenses. On va pouvoir dépenser, on ne nous demande pas de baisser les dépenses. On demande simplement de ne pas dépenser trop, ça n'a rien à voir."

D'après lui, la notion de contrat entre l'Etat et les élus locaux, pour ralentir l'augmentation des dépenses d'un côté et maintenir la DGF de l'autre, est une bonne idée. "Autrefois, c'est-à-dire il y a quelques mois, sous l'ancien gouvernement, il n'y avait pas de contrat. On nous imposait les choses et on n'avait rien à dire. Dans le contrat, on est deux, on discute." Il rappelle également que ce contrat ne va s'appliquer qu'aux plus grosses collectivités. "95% des maires ne seront pas concernés par cet encadrement de la progression de leurs dépenses."

Encadrer l'endettement, une mauvaise idée

Jean-Luc Moudenc rappelle pour autant que tout n'est pas rose dans la relation entre les élus et l'Etat. "On n'a pas terminé la discussion avec le gouvernement", rappelle-t-il sur franceinfo. Il évoque notamment un point de désaccord, "l'idée d'encadrer nos capacités d'endettement." Il assure que c'est une mauvaise idée. "Elles sont directement liées à notre capacité d'investissement et on estime que la capacité d'investissement des collectivités a suffisamment baissé pour ne pas encore la baisser."

Jean-Luc Moudenc, maire Les Républicains de Toulouse et président de France urbaine, était l\'invité de Tout est politique, mardi 21 novembre sur franceinfo. 
Jean-Luc Moudenc, maire Les Républicains de Toulouse et président de France urbaine, était l'invité de Tout est politique, mardi 21 novembre sur franceinfo.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)