T'as vu l'info ?, France info

T'as vu l'info ? Attention aux voisins de table au restaurant !

Guy Birenbaum nous emmène au restaurant. Dans une salle de restaurant, il se peut qu'il y ait des oreilles qui traînent...

avatar
franceinfoGuy BirenbaumRadio France

Mis à jour le
publié le

Valérie Trierweiler
Valérie Trierweiler (HAROLD CUNNINGHAM / GETTY IMAGES EUROPE)

L’un de nos confrères du service politique de France Inter Cyril Graziani publie chez Fayard un livre intitulé Le premier secrétaire de la République. Il raconte une scène qui se déroule dans un restaurant de la Place St -Germain-des-Près, "La société". Nous sommes début mai 2016. Brigitte Macron est attablée avec un ami. Devinez qui entre ? Valérie Trierweiler. Je lis la suite : Elle fonce droit sur l’épouse d’Emmanuel Macron, l’embrasse chaleureusement. Ses voisins de table ne ratent rien de la scène. "Il faut absolument qu’Emmanuel y aille". Comprenez : se lance dans la course à l’Elysée. Brigitte Macron réplique instantanément : "Oui, il faut qu’il y aille, c’est maintenant".

Hier, ce passage a fuité sur le réseau social Twitter. C’est Paul Larroutouru, reporter dans l’équipe de l’émission de Yann Barthès, qui l’a mis en ligne. Quelques heures plus tard, Valérie Trierweiler dément toujours sur le réseau Twitter : "Cyril Graziani est un journaliste sérieux mais le dialogue reconstitué avec B. Macron dans son livre est bidon. Quand j’ai quelque chose à dire, je le dis". Du coup j’ai envoyé un petit message à madame Trierweiler pour lui demander si c’était "un peu bidon ou totalement bidon". Elle m’a adressé une réponse sans équivoque c’est ouvrez les guillemets "totalement bidon".

J’en étais là, mais mais mais... Cyril Graziani, l’auteur du livre, que j’ai réveillé et interrogé très tôt ce matin maintient, lui, la version de son livre. Il m’écrit "Je confirme tout". Je vais traîner à Saint-Germain-des-Prés et si je croise Brigitte Macron je l’interrogerai. Une histoire qui montre qu’au restaurant il faut toujours se méfier des gens assis aux tables à côté, parce qu’ils peuvent écouter ou simplement entendre ce que l’on dit. Jean Cocteau écrivait "Un secret a toujours la forme d’une oreille". Et ça, c’était bien avant les smarphones… 

Le dicton du jour

"A la saint Ingrid, au restaurant, tu ne diras jamais jamais rien de torride"

 


Attention aux voisins de table au restaurant ! par franceinfo

Valérie Trierweiler
Valérie Trierweiler (HAROLD CUNNINGHAM / GETTY IMAGES EUROPE)