Savoir être, France info

"Tous à poil"

"Savoir Etre" se penche cette semaine sur la polémique concernant certains livres destinés aux enfants.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
Claude HalmosRadio France

Mis à jour le
publié le

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Plusieurs
d'entre vous nous ont écrit à la suite de la polémique soulevée par
Jean-François Copé à propos du livre pour enfants *Tous à poil.

  • Vous nous demandez que penser de ce type de livres. A partir de quel âge
    peut-on informer les enfants sur la sexualité ? Et, pour cela, faut-il
    montrer des adultes nus ? Mais, pour commencer,  revenons aux propos de Jean-François Copé. Le point de vue de la psychanalyste Claude Halmos.

"Pour ce qui est des propos de M.Jean-François
Copé, je les ai trouvés vraiment
consternants, parce qu'il s'est attaqué à un livre,
Tous à poil, qu'on peut
trouver plus ou moins bien, ce n'est pas le sujet, mais surtout parce que, au-delà de ce livre, il a posé qu'il serait dangereux
de raconter à des enfants, ou de leur
faire lire des histoires qui ne correspondent pas exactement à ce qu'on leur
demande de respecter dans la vie. Il a dit, par exemple, que parler de
policiers ou d'enseignants à poil, ça pouvait amener l'enfant à ne plus respecter l'autorité. Je pense que
c'est totalement absurde parce que si on soutient ça, il faut considérer que
Le
petit poucet, c'est une incitation à l'abandon d'enfants, et Le petit chaperon
rouge, une apologie de l'assassinat."

"Monsieur Copé oublie que les livres, la
fiction, le théâtre, l'art, sont là pour nous permettre de réaliser en
imagination des choses interdites, ce qui évite justement de les faire en vrai.
Et un enfant de 3 ans le comprend très bien. A poil la maîtresse, à poil les
policiers, à poil le chien, c'est super à dire, et on hurle de rire, surtout d'ailleurs
si ça énerve Mamy, et ensuite on passe à autre chose..."

**Et l'éducation sexuelle alors ? Il faut se montrer nu ?

 **

"Surtout pas", explique Claude Halmos, "la nudité des corps
dessinés pudiquement dans un livre, c'est une chose, les adultes qui se
montrent nus, c'est autre chose, parce que cette vision écrase les enfants qui
les trouvent trop grands et trop beaux, et ça les angoisse parce que ça
provoque en eux des émotions qui sont sexuelles, au sens de la sexualité
infantile. Mais un enfant de 3 ans a besoin de savoir, qu'on lui explique d'où
il vient, où il va, et de se repérer par rapport aux gens qu'il rencontre en
déambulant. Donc il doit être informé de la différence des sexes, du rôle du
père dans la conception, de la
grossesse, de l'accouchement, et il doit connaître les interdits qui régissent
la sexualité des humains, l'interdit de l'inceste, l'interdit de la sexualité
entre adultes et enfants , l'interdit du viol. Il faut parler de tout ça,
mais il n'y a rien à montrer, sauf encore une fois dans des petits livres, et
il ne s'agit en aucun cas de pudibonderie ou de morale, il s'agit que l'enfant
puisse construire le plus harmonieusement possible sa propre sexualité",
conclue
la psychanalyste.**

Les dernières parutions (sélection de Bruno Denaes):

  • Dolto, l'art d'être parents.
    L'éducation, la parole, les limites
    ,
    Elisabeth Brami et Patrick Delaroche (Ed. Albin Michel). Ces deux spécialistes
    entendent rétablir une forme de vérité à propos de la célèbre
    psychanalyste : Françoise Dolto défendait bien la cause des enfants et des
    adolescents, mais cela n'allait pas sans défendre la cause des parents. Oui,
    elle insistait sur le retour du bon sens, du respect mutuel, de la confiance et
    de l'apprentissage précoce des limites... Non, elle ne prônait ni le laxisme, ni
    la culpabilisation des parents...

* Le bonheur d'être responsable. Vivre
sans culpabiliser,
Virginie
Megglé (Ed. Odile Jacob). La psychanalyste décrypte tous les mécanismes de
culpabilité et de mauvaise conscience. Elle propose un autre regard pour
trouver de nouvelles ressources et donner le goût de la responsabilité.

  • Eloge de la lucidité , Ilios Kotsou (Ed. Robert Laffont).
    Nous recherchons de plus en plus un bonheur idéalisé, impossible à atteindre.
    Or, la " vraie " vie est faite – naturellement – de difficultés,
    de souffrances. Cet ouvrage nous invite à partager une véritable lucidité pour
    déjouer les idées trompeuses et découvrir les conditions du bonheur véritable.

  • Traiter les victimes de la
    maltraitance infantile
    ,
    Marylene Cloitre, Lisa R. Cohen, Karestan C. Koenen (Ed. Dunod). Ces
    spécialistes du traumatisme proposent une nouvelle façon de l'appréhender pour
    les adultes qui ont subi tous types de maltraitance dans leur enfance
    (sexuelle, physique, par négligence...).

* La vie en bleu , Martin Steffens (Ed. Marabout). Ce
jeune philosophe se penche sur l'expérience de l'épreuve. Il nous montre
comment la traverser, non pas en la minimisant ou en se faisant violence, mais
en prêtant attention à ces forces cachées que nous avons tous.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)