Le besoin de sécurité réclame-t-il des armées plus puissantes ? "La guerre modifie nos sociétés, mais on a surtout la grande guerre climatique, c'est elle le véritable enjeu du monde de demain" martèle Jean Viard

Le service militaire va-t-il faire son retour en Allemagne ? Et chez nous, qu'en est-il de l'armée ? Les tensions internationales incitent les nations à disposer de forces de protection plus étoffées.
Article rédigé par Jules de Kiss - Jean Viard
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min
Le ministre allemand de la Défense, Boris Pistorius, a présenté cette semaine à la presse son plan pour une nouvelle forme de service militaire en Allemagne. (KAY NIETFELD / DPA / AFP)

Avec la menace russe qui plane sur l'Europe, l'Allemagne envisage de rétablir la conscription, disparue depuis 2011. Elle pourrait recruter 20 000 soldats supplémentaires en faisant appel à sa jeunesse. Mais après des années de sous-investissement, l'armée peine à recruter. Le sentiment du sociologue Jean Viard.

franceinfo : Faut-il se poser réellement la question d'un retour à la conscription ?

Jean Viard : Le service militaire avec des appelés à disparu depuis 30 ans en France. Le service universel est apparu quand on s'est demandé ce qu'un encadrement de type militaire pourrait apporter à des jeunes à la dérive. Petit à petit, une autre question est apparue : que faire quand la guerre se rapproche ? Dans des lieux comme le Soudan, cela peut nous laisser indifférents, alors que c'est aussi monstrueux qu'ailleurs. Mais quand on voit la guerre en Europe, à Gaza, en Israël, quand on comprend que l'hégémonie russe repart sans savoir où elle peut s'arrêter, quand on constate que des systèmes financiers se réorganisent autour de l'armée, les pays ont peur et les pays s'arment.

Quelle est la réalité militaire de l'Europe ?

L'Europe investit 400 milliards par an dans le militaire, contre 100 milliards pour la Russie. Mais ce sont dans des nations différentes et on ne voit pas, au total, les effets de l'argent investi. Un autre problème existe : la guerre est-elle celle d'une armée de métier ou d'une armée du peuple ? C'est un vieux débat. En Europe, il y a 2 armées de métier : l'Angleterre et la France, parce que ces pays ont eu des colonies et des troupes qui ont été en guerre un peu tout le temps. L'Allemagne en revanche, après le nazisme, n'a eu qu'une armée défensive. Pour eux, c'est un changement énorme parce qu'ils ont tous été élevés dans l'idée que l'armée c'était pour se protéger. Longtemps, en Europe, l'idée-force était qu'il n'y aurait plus de guerre. Les jeunes ne voyaient pas l'intérêt d'aller perdre une année dans une carrière sans débouché tant la guerre nous semblait une absurdité. Les temps ont changé, la guerre est revenue, il faut trouver comment sélectionner des futurs soldats.

Les Allemands ont inventé un système par sondage : en remplissant un dossier, le jeune montre s'il éprouve ou non des appétences pour la chose militaire. Comme une sorte de compatibilité ?

Voilà, si on trouve que vous êtes complètement chevelus baba cool, on vous laisse dans votre jardin ! Notez aussi que seuls les garçons sont sollicités, faut-il aussi s'intéresser aux filles ? Historiquement, elles n'y allaient pas vraiment, mis à part des infirmières. Il y a un enfin un débat sur l'intégration parce qu'une partie des jeunes qui s'engagent dans une armée sont souvent des jeunes issus de l'immigration. Aux Etats-Unis, ils y gagnent même la nationalité américaine. En ce moment, toutes ces questions se posent : armée de l'extérieur, armée professionnelle, remontée de la conscription, réflexion sur l'autorité, montée de la guerre, etc.

La guerre modifie nos sociétés, mais on a surtout la grande guerre climatique, c'est elle le véritable enjeu du monde de demain. Le problème c'est que nous vivons une période de grande incertitude. Quand il y a incertitude, naît un besoin de sécurité. Pour assurer cette sécurité, on a tendance à fabriquer des soldats.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.