Question de choix, France info

Question de choix. Le voyage au long cours du bois français

La Fédération Nationale du Bois est inquiète : les scieries manquent de matière première, alors que nous produisons beaucoup de bois. Mais il est souvent transformé à des milliers de kilomètres des forêts où il a poussé. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Coupé en France, transformé en Chine, le bois français parcourt des milliers de kilomètres.
Coupé en France, transformé en Chine, le bois français parcourt des milliers de kilomètres. (GETTY IMAGES)

Pour du parquet, des meubles ou même du bois de chauffage, un consommateur averti exige les labels PEFC ou FSC.  Ces labels sont l’assurance que le bois provient de forêts gérées durablement. Mais ils ne garantissent  pas que le bois est français, ni qu’il a été transformé en France. Bien que notre pays soit un grand producteur de bois, les scieries françaises manquent de matière première. Trop de grumes sont vendues à l’export avant de revenir transformées.

Vers un label "Bois français"

Pour guider les consommateurs, le label Bois Français  est en train d’être mis en place par la filière. En attendant, s’adresser directement aux fabricants reste la meilleure garantie.

Le label origine France Garantie, certifie que le produit est essentiellement d’origine française. Pour ce qui est du bois de chauffage, les bûches coupées proviennent en général de nos forêts, mais l’origine des granulés et du bois compressé vendus dans les circuits de la grande distribution est assez floue.

La fédération nationale du bois lance une campagne auprès des consommateurs, et demande aux pouvoirs publics de prendre des mesures d’urgence en faveur de la transformation du bois en France    

Coupé en France, transformé en Chine, le bois français parcourt des milliers de kilomètres.
Coupé en France, transformé en Chine, le bois français parcourt des milliers de kilomètres. (GETTY IMAGES)