Cet article date de plus de neuf ans.

La consommation collaborative

écouter (3min)
Vivre comme avant la crise, consommer, utiliser, mais ne pas posséder... Le système D se développe, l'achat d'occasion se banalise : la consommation collaborative est une tendance de fond.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Acheter d'occasion, échanger, louer, partager, donner, privilégier
l'usage ponctuel sans chercher à posséder, telles sont les nouvelles tendances des consommateurs, et même des hyper-consommateurs. Une nouvelle génération d'hommes et de femmes qui ne remet
pas en question le modèle de société
dans lequel nous vivons, abordent ce modèle différemment. On parle de
consommation collaborative, un domaine qui n'est plus réservé à quelques initiés.

Edouard Dumortier a fondé I lock you, un réseau de location d'objets et de services
entre particuliers, et il vient de signer le livre blanc de la consommation
collaborative. Pour lui, le phénomène a commencé à se faire sentir il y a cinq
ans, et il va durer.  

Il faut dire que la consommation collaborative est parée de vertus. Elle est écologique, car le partage ou le marché de
l'occasion sont moins générateurs de gaspillage. Elle crée du lien social, car elle génère des rencontres.

Ce sont les jeunes qui ont amorcé la tendance. Mais
aujourd'hui, tout le monde s'y met. La crise que nous traversons promet un bel avenir à la consommation collaborative, qui nous
permet d'utiliser, sans accumuler.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.