Question de choix, France info

Acheter autrement avec "Les Ruches"

"Les Ruches" deviennent un véritable phénomène. Elles proposent aux consommateurs de faire leurs courses en évitant la case supermarché, en achetant auprès de petits producteurs locaux, qui viennent livrer leurs produits une fois par semaine. "Les Ruches" ouvrent leurs portes au public jusqu'à demain soir.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(© Maxppp)

L’idée de laRuche qui dit oui  est née dans la tête d’un designer. Guilhem Chéron est un amoureux de cuisine et d'agriculture. Son concept nous emmène loin de l’industrie agro-alimentaire. Le principe d’une ruche : offrir au plus grand nombre la possibilité de faire ses courses directement auprès des producteurs, à travers un petit marché hebdomadaire préparé sur internet. Cela marche très bien. La première a été inaugurée dans la banlieue de Toulouse. Quatre ans plus tard, le réseau réunit plus de 700 ruches en France et en Belgique, aussi bien en ville qu’en milieu rural.

Une Ruche peut s’installer chez un particulier, dans un gymnase, ou encore un centre culturel. Les Ruches réunissent en moyenne une douzaine de producteurs locaux, et proposent chaque semaine plus de 300 produits de saison. Le producteur ne se déplace que s'il a atteint un minimum de commandes et il est assuré de ne subir aucune perte, puisqu’il ne livre que ce qui a été prépayé.

Pour aller plus loin, avec l’association Fermes d’Avenir , La Ruche qui dit oui lance un appel à projet auprès des exploitants qui ont envie d’inventer un modèle de production agricole durable. 13 seront retenus et dotés d’une somme pouvant aller jusqu’à 30.000 euros. Les dossiers doivent être déposés avant le 31 mai.

La Ruche qui dit oui mène une opération portes-ouvertes dans toute la France avec dégustations de produits jusqu’à dimanche.

 

(© Maxppp)