Prenez soin de vous, France info

Prenez soin de vous. Transcendez votre colère

Tous les jours, Edwige Coupez propose des clés et des conseils pour le bien-être au quotidien. Aujourd'hui, il faut transcender sa colère.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Banderole \"En colère\" lors d\'une manifestation des \"gilets jaunes\", à Rochefort (Charente-Maritime), le 24 novembre 2018.
Banderole "En colère" lors d'une manifestation des "gilets jaunes", à Rochefort (Charente-Maritime), le 24 novembre 2018. (XAVIER LEOTY / AFP)

Transcendez votre colère. Cette fameuse "colère" des "gilets jaunes", est-elle forcément négative ? Est-elle forcément associée à la violence ? Est-il possible de la transformer en énergie positive ? Pour répondre à ces questions, je me suis tournée vers Pierre Racine, fondateur de Life Lab', une entreprise de formation aux compétences humaines ou "softs kills". Il a suivi une formation à la non-violence pour le progrès social à l'université d'Harvard. Il rappelle d'abord que la colère est une émotion neutre au départ et qu'elle n'est pas forcément associée à la violence.

Il en veut pour preuve les grandes luttes historiques basées sur la non-violence. De Martin Luther King aux Etats-Unis à Gandhi en Inde. La colère des afro-américains face à la ségrégation raciale, ou celle des Indiens contre l'oppression britannique était indéniable. Mais les manifestants étaient formés à ne pas réagir aux attaques. La réussite de leur mouvement consistait justement à transformer leur colère en revendications, sans passer par la violence. Et des études, comme celle du politologue américain Gene Sharp ont montré le très fort taux de succès de ces formes d'actions non violentes. Deux fois plus efficace que les méthodes violentes.

Essayez d'être dans l'empathie

Si on en revient aux "gilets jaunes", on a forcément en tête les violences de samedi dernier sur les Champs-Elysées ou les altercations musclées aux points de blocage. D’où cette question, comment réagir face à une personne en colère ? On en vient à un principe de base de la communication non violente. Selon Pierre Racine, l'écoute permet de faire baisser la colère. Essayez d'être dans l'empathie. Laissez la personne exprimer ses frustrations. La discussion devrait devenir plus constructive.

Pour la personne qui est en colère, il faut arriver à transformer cette émotion en énergie positive. La première chose à faire est déjà d’essayer d'identifier les signaux physiques de votre colère : accélération du rythme cardiaque, de la respiration, sensation de chaleur. Repérer ces signaux, c'est déjà pouvoir commencer à prendre du recul. La méditation de pleine conscience peut y aider. Vous pourrez alors essayer de rationaliser votre colère. Comprendre d'où elle vient et l'exprimer de manière plus claire. Un dernier conseil. N'essayez pas de la repousser. Pierre Racine de Life Lab' rappelle qu'une émotion niée risque au contraire de prendre encore plus de place. Sans doute un conseil à suivre pour le gouvernement face à la colère des gilets jaunes.

Banderole \"En colère\" lors d\'une manifestation des \"gilets jaunes\", à Rochefort (Charente-Maritime), le 24 novembre 2018.
Banderole "En colère" lors d'une manifestation des "gilets jaunes", à Rochefort (Charente-Maritime), le 24 novembre 2018. (XAVIER LEOTY / AFP)