Cet article date de plus de dix ans.

7 jours en Alabama

Reportage et témoignage : nous remontons le temps. Direction : l'Amérique de la discrimination raciale.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (©)

Tout commence le 1er
décembre 1955 à Montgomery en Alabama. En une seconde, une jeune femme entre dans l'histoire parce qu'elle décide
que ce jour-là, elle n'acceptera plus les lois de l'Etat.

Dans les
bus de la ville les quatre premiers rangs sont réservés aux blancs. Rosa Parks qui
a toujours respecté la règle considère que cette fois, ça suffit.

Plus question pour elle de vivre en marge à cause de la couleur de sa peau.

Contestation,
intervention de la police, inculpation, procès. Pendant presqu'un an, les noirs
boycottent les bus de Montgomery... En novembre 1956, la Cour suprême des Etats-Unis
considère que la ségrégation dans les bus est anticonstitutionnelle.

Dans les mois qui ont suivi l'arrestation de la rebelle, le magazine Life avait
envoyé sur place son seul photographe noir qui lui, s'appelle Gordon Parks .

Reportage
saisissant... Oui, cette Amérique-là a bien existé. Quand on veut se payer une
glace, il ne faut pas se tromper de caisse. Il y a celle des blancs et l'autre
pour les coloured people .

Il y a aussi dans Polka Magazine son récit, pour la première fois traduit : "7 jours en Alabama" .

Derrière
les grilles d'un jardin en principe public, six enfants regardent avec envie la
pelouse et les toboggans. Ils sont noirs et donc, interdiction pour eux d'entrer.

On comprend
parfaitement ce qu'a été ce monde à part avec à chaque coin de rue, à chaque
instant et donc même dans les bus, une totale discrimination.

Regard
étonnant, troublant, sur une Amérique de toutes les tensions. 

Dans les
heures qui avaient suivi l'arrestation de Rosa Parks, un jeune pasteur avait
réuni un comité de défense. Il
s'appelait Martin Luther King .

En 1963,
lorsqu'il lance ce qui ressemble fort à une prière, il pense forcément à elle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.