États-Unis : on délocalise... dans le pays !

Délocalisation de l'intérieur. Le terme vous paraît peut-être obscur pourtant il traduit une vraie tendance qui a lieu en ce moment aux États-Unis et qui ruine les finances publiques.

Cette vidéo n'est plus disponible

Riddel, le leader des casques de football américain, pratique des délocalisations de l'intérieur. Elles consistent, au sein d'un même pays, à installer ses usines dans les territoires les plus avantageux. Ben Marker, directeur de l'usine Riddel, a récemment délocalisé son usine à North Ridgeville, dans l'Ohio, à seulement quelques kilomètres de l'ancienne. Dans son usine, 400 ouvriers fabriquent des casques à la main. 500 000 par an. Mais pourquoi avoir déménagé si proche de son ancien emplacement ? "On a choisi de venir ici, car ça nous a permis de baisser les charges sur les salaires. Elles sont passées de 2,5 % à 1 %. On a vraiment économisé beaucoup d'argent", se félicite-t-il.

Des gains pour les entreprises, des pertes pour les mairies

Mais outre les abattements fiscaux, le maire a aussi payé pour toutes sortes d'aménagements, pour un total de 5 millions d'euros. De nouvelles routes, de nouveaux carrefours, de nouveaux parkings, contre l'embauche de 40 salariés. "Les entreprises viennent nous voir, et nous disent : 'Est-ce que vous avez des incitations pour m'aider à m'installer chez vous ? (...) Si vous n'en avez pas, on ira s'installer ailleurs", explique David Gillock, maire de North Ridgeville. Depuis la crise de 2008, les villes américaines n'ont qu'une hantise : les fermetures d'usines. Et tout est bon pour retenir les emplois, quitte à plomber les finances des collectivités.

Le JT
Les autres sujets du JT