On s'y emploie, France info

On s'y emploie. Comment les Suédois voient les Français au travail

Comment les étrangers travaillant en France nous perçoivent-ils ? Aujourd'hui Erica, une Suédoise, très étonnée par la violence du management en France. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Vue générale de Stockholm. 
Vue générale de Stockholm.  (GETTY IMAGES)

Erica Ward, vous êtes en France depuis 28 ans et vous travaillez dans le monde associatif.

Quelle est la toute première chose qui vous a frappé dans le monde du travail français quand vous l'avez intégré ?

Ce qui m'a le plus frappée, c'est le caractère des chefs, leur côté caractériel.

Erica, Suédoise vivant en France depuis 28 ans

Alors qu'en Suède on est programmé pour ne pas se mettre en avant, à intégrer tout le monde et à se comporter normalement. Ici il y a des rapports de force constants.

Un fonctionnement basé sur le conflit

On ne sait pas s'effacer en tant qu'individu. C'est fatigant et ça bloque plein de choses. C'est à tous les niveaux, il y un fonctionnement qui est basé sur le conflit. Or une grande part des débats sont assez futiles, c'est plus pour parler, on perd du temps. Il y a aussi beaucoup de violence dans la façon de gérer les salariés. Le mode de management est très basé sur l'autorité et ne prend pas en compte l'individu.

Dans le monde associatif, il y a encore plus de débats, de réunions, tout le monde doit pouvoir dire ce qu'il veut et du coup ça avance encore plus lentement. 

En Suède, on est "trop" normaux !

A l'inverse, ce qui me plait, c'est le côté animé, passionnant, vivant, un peu bordélique, animé. Je suis venue en France pour ça, parce qu'en Suède on est un peu trop normaux !

Vue générale de Stockholm. 
Vue générale de Stockholm.  (GETTY IMAGES)