On ne pouvait pas le rater, France info

On ne pouvait pas le rater. Pas de manifestation sans chansons !

C'est la grande tradition dans les cortèges, pour se faire entendre, on chante. Olivia Leray fait le tour des tendances du moment.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Cortège de manifestants dans les rues de Marseille le 17 décembre 2019.
Cortège de manifestants dans les rues de Marseille le 17 décembre 2019. (SPEICH FREDERIC / MAXPPP)

Dans les cortèges, on chante et surtout on détourne des chants au mégaphone avec plus ou moins de tessiture vocale et de justesse. Récemment on a pu entendre des "gilets jaunes" reprendre Mon amant de Saint-Jean. On a vu aussi l'Opéra National de Paris, en grève, interpréter La Marseillaise mercredi 17 décembre sur les marches de l'Opéra Bastille lors de la manifestation parisienne contre la réforme des retraites. 

On peut aussi entendre plus régulièrement dans les cortèges français les chansons Motivés et Antisocial. En 2011, les grévistes de la FSU de Toulouse avait même enregistré un disque spécial cortège avec des reprises de L'Amérique, des Démons de minuit ou encore La salsa du démon

A l'étranger, la musique a aussi son importance dans les mouvements sociaux. En Italie, le mouvement des Sardines contre Matteo Salvini diffuse souvent Bella Ciao pendant ses actions. En Finlande ou au Québec, les manifestants ont aussi leurs musiques fétiches pour manifester.

Cortège de manifestants dans les rues de Marseille le 17 décembre 2019.
Cortège de manifestants dans les rues de Marseille le 17 décembre 2019. (SPEICH FREDERIC / MAXPPP)