Après l'eau de Javel et la vodka, Philippe de Villiers assure que le pastis aide contre le Covid-19

écouter (3min)

Philippe de Villiers, ancien député européen, a déclaré sur une chaîne d'information que boire de l'alcool anisé lui avait été d'un grand secours pour guérir du Covid-19. Et ça ne pouvait pas échapper à Olivia Leray.

Article rédigé par
Olivia Leray - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Un verre d'alcool anisé. Photo d'illustration. (PFEIFFER, J. / ARCO IMAGES GMBH / MAXPPP)

Désolée de casser l'ambiance, il y a un petit peu de soleil, on est excité comme si c'était la fin de l'année et qu'on allait tous partir en vacances mais attention, prudence, warning, be careful, comme on dit : je me dois de vous dire qu'aujourd'hui en terrasse, on n'abuse pas trop de ça, la boisson célébrée par Claude Brasseur dans le film Camping : "Pastis par temps bleu, Pastis délicieux !"


On n'abuse pas trop du pastis, conseil d'ami. Parce qu'après ça peut mal tourner. Jurisprudence Philippe de Villiers, fondateur du Puy-du-Fou. Il était 9h30 mardi 18 mai sur CNews et on a entendu ça : "Le premier soir, j'ai pris un verre ballon de Ricard ou de pastis. Et là ça allait beaucoup mieux."

Ne riez pas, voici le traitement de Philippe de Villiers : deux doses de pastis, et il est guéri ! Après l'eau de Javel conseillée par Trump et la vodka pour le président biélorusse voici donc le "pastaga" pour guérir du Covid-19. Je ne vois pas pourquoi on s'est embêté à se confiner et à se reconfiner alors qu'il suffisait de boire un petit jaune avec Philippe. Et visiblement ce n'était pas que deux doses de Pastis puisque 42 minutes plus tard sur le plateau,  Philippe de Villiers a entonné avec l'imitateur Laurent Gerra, une vieille chanson populaire : "La trompette en bois".

Rappelons que ce plaidoyer pour le petit jaune ne repose sur aucune base scientifique. La seule façon de lutter contre le Covid-19 est le respect des gestes barrière et la vaccination.

Tout ça m'a fait pensé a une chose, à cette archive ressortie récemment par l'INA sur le pastis justement. On est en 1980 et une petite fille de huit ans et demi se confie sur le pastis, une boisson pour les grandes personnes. Et si on en boit trop, on peut devenir soûl...

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Ina.fr (@ina.fr)

Ce qu'on retient c'est qu'elle dit que quand on boit trop de pastis, on est soûl, et que quand on est soûl, on dit des âneries.Et ben voilà, à bon entendeur, la vérité sort toujours de la bouche des enfants.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers On ne pouvait pas le rater

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.