Nouveau monde, France info

Plus puissantes, moins dangereuses et moins polluantes, les batteries "solides" sont-elles l’avenir de l’énergie électrique ?

La réduction des émissions de CO2 passe notamment par le développement de l’énergie électrique qui bute sur la question des batteries. Les batteries du futur à "électrolyte solide" ouvrent de nouveaux horizons.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une batterie Lithium-Ion fabriquée à nersac, en Charente.
Une batterie Lithium-Ion fabriquée à nersac, en Charente. (LOUVIER ISABELLE / MAXPPP)

Les batteries actuelles d’ordinateurs, de téléphones portables, de voitures, de trottinettes ou même pour les logements sont peu efficaces, polluantes à fabriquer et dangereuses. En effet, la matière contenue à l’intérieur est hautement inflammable au contact de l’air. C'est la raison pour laquelle il ne faut ni ouvrir ni percer une batterie. Mais, surtout, leur capacité est limitée et leur impact écologique non neutre.

"Électrolyte solide"

La solution passe peut-être par un nouveau type de batteries dites à "électrolyte solide". Les batteries actuelles à Lithium-Ion contiennent deux électrodes, une anode et une cathode, plongées dans un liquide que l’on appelle l’électrolyte. Malheureusement, cet électrolyte est dangereux et pas assez performant. La solution trouvée par l’un des co-inventeurs de la batterie Lithium-Ion, l’américain John Goodenough, âgé de 94 ans, consiste à remplacer ce liquide par un solide, à base de verre ou de gel, bien plus performant.

Plus performantes et moins polluantes

Les batteries à "électrolyte solides" seraient bourrées d’avantages. Elles seraient trois fois plus performantes que les batteries classiques et permettrait, par exemple, de fournir jusqu’à 500 à 600 kilomètres d’autonomie à une voiture. La recharge s’annonce également bien plus rapide, quelques minutes ou dizaines de minutes, et moins dépendante de la température extérieure. Elles auraient une durée de vie allongée de 8 à 12 ans. Enfin, last but not least, elles seraient moins polluantes et moins chères à fabriquer.

Où en est-on du développement ?

De nombreuses entreprises, dans le monde entier, s’intéressent fortement aux batteries à électrolyte solide (Toyota, Panasonic, Volkswagen, Fisker, Dyson…). Une startup chinoise, Qing Tao Energy Development, vient d’annoncer qu’elle avait déployé la première chaine au monde de fabrication de batterie à électrolyte solide.
Enfin, dans un futur plus lointain encore, on compte aussi beaucoup sur les batteries, encore plus révolutionnaires, au graphène qui pourraient durer pendant des jours et se recharger en quelques minutes.

Une batterie Lithium-Ion fabriquée à nersac, en Charente.
Une batterie Lithium-Ion fabriquée à nersac, en Charente. (LOUVIER ISABELLE / MAXPPP)