Nouveau monde, France info

Nouveau monde. MySpace perd des millions de contenus appartenant à ses utilisateurs

Suite à un incident technique, le réseau social MySPace a perdu des millions de morceaux de musique. Le problème proviendrait d'une migration de serveurs qui se serait mal passée.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le logo du réseau social MySpace.
Le logo du réseau social MySpace. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Les fichiers musicaux uploadés entre 2003 et 2015 sur MySpace ont été perdus. MySpace au début des années 2000, c’était le réseau social par excellence. On pouvait y créer un blog, poster des images et de la musique. On y trouvait beaucoup de musique piratée mais également des productions d’artistes amateurs dont beaucoup ont été repérés par des maisons de disques et sont devenues célèbres. Cas le plus fameux : celui du groupe Arctic Monkeys, premier du monde découvert sur internet. Malheureusement, MySpace s’est fait dépasser par Facebook et YouTube. Il a disparu des écrans radars bien qu'il se soit transformé en honnête plateforme de musique et de vidéo.

50 millions de morceaux

Depuis un an, plusieurs millions d’utilisateurs se plaignaient de ne plus pouvoir accéder à leurs contenus. La direction du réseau vient d’avouer que tout ce qui avait posté entre 2003 et 2015 s’était très certainement volatilisé. En cause ? Une migration de serveurs qui a mal tourné. Les contenus ont été corrompus et 12 ans de musique se sont volatilisés. Cela représenterait plus de 50 millions de morceaux, mis en ligne par 14 millions de musiciens, comme une bibliothèque qui aurait brûlé.

Faiblesse du cloud

Cette affaire rappelle que le cloud a ses faiblesses. Déjà, chez soi, un disque dur qui lâche et c’est la catastrophe, si l’on n’a pas fait de sauvegarde. Idem pour ces grandes plateformes de réseaux sociaux. Imaginez si Facebook ou YouTube perdait toutes nos données, toutes nos vidéos. En principe, il y a des systèmes de sauvegarde, avec des redondances de serveurs. Mais on s’aperçoit que dès qu’il y a un petit relâchement, souvent pour des raisons économiques, tout peut disparaître d’un seul coup.

Le logo du réseau social MySpace.
Le logo du réseau social MySpace. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)