Nouveau monde, France info

Nouveau monde. Les GAFA sont-ils trop puissants ?

Google, Amazon, Facebook, Apple. Ces géants du numérique changent le monde mais ils sont aussi de plus en plus inquiétants. Le MediaLab de l’Information de France Télévisions dresse un état des lieux et fait des propositions. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Les quatre logos du GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon).
Les quatre logos du GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon). (DAMIEN MEYER / AFP)

Google, Amazon, Facebook, Apple – les GAFA – et leurs satellites Whatsapp, Instagram ou Snapchat, sont devenus indispensables grâce à des services simples et gratuits dont on ne peut plus se passer. Cependant, ils posent de nouveaux problèmes auxquels ils n'apportent pas de solutions. Dans un dossier très complet, le MediaLab de l'Information de France Télévisions fait le point sur cette question, sans concession ni parti-pris. 

Trolls, fake news, vie privée

Les GAFA n'arrivent pas à enrayer le phénomène des trolls et des fake news qui pourrissent littéralement internet. Au risque, selon certains, de menacer les démocraties occidentales (exemple : l’élection présidentielle américaine ou le scrutin sur le Brexit qui a probablement été influencé par la Russie via les réseaux sociaux, sans même que Facebook s’en aperçoive).  "A l’inverse de la radio et de la télé, les GAFA ne sont pas soumis aux règles du CSA, notamment en matière de communication politique", note l’équipe du MediaLab. On pourrait s'interroger aussi sur la question sensible des données personnelles et de leur exploitations à des fins commerciales sans possibilité réelle de contrôle. 

Sont-ils vraiment si puissants que ça ?

Google et Facebook engloutissent à eux seuls la majeure partie du gâteau publicitaire mondial. Pour leur défense, ces entreprises expliquent qu’elles seraient en réalité des colosses aux pieds d’argile. Elles craignent par-dessus tout qu’une nouvelle start-up vienne un jour leur faire de l’ombre. C’est pour cela que le GAFA rachètent des jeunes entreprises à tour de bras, à la fois pour ajouter des cordes à leurs arcs mais également pour tuer la concurrence dans l’œuf. Et comme leur puissance financière est gigantesque, tout leur est permis.

Leur périmètre s'élargit sans cesse

Les GAFA s’aventurent aujourd’hui bien au-delà de leur périmètre initial. Google prépare des voitures autonomes et des implants médicaux connectés, Amazon s’intéresse aux médicaments tandis qu’Apple propose de suivre notre santé en temps réel. Pas question pour autant de diaboliser naïvement ces grands groupes. Ils sont tous sont en train de faire progresser notre environnement technologique de manière phénoménale (par exemple, dans le domaine de l’intelligence artificielle).

Nous sommes à l’ère de la donnée et le problème, c’est que la donnée (tout comme l’audience médiatique) est de plus en plus exclusivement concentrée entre leurs mains. Il y a aussi les BATX, les géants chinois Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi. Comme le dit le Dr Laurent Alexandre, les pays européens risquent de devenir des "colonies numériques des Etats-Unis et de la Chine".

Que faire ?

Le problème, c’est qu’il n’existe aucun champion français ni même européen capable de rivaliser avec ces plateformes. Les boycotter ? "Pas question de revenir à 1992", notent encore les rédacteurs du MédiaLab. Faut-il démanteler Google, comme on commence à l’évoquer aux Etats-Unis. Faut-il, comme le Danemark, nommer un "ambassadeur numérique" pour dialoguer avec eux ? Eric Scherrer, le directeur du MediaLab de l’information, propose de "les associer à la résolution des grands problèmes de société, comme l’éducation". La réflexion est lancée.  

Les quatre logos du GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon).
Les quatre logos du GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon). (DAMIEN MEYER / AFP)